ÉVÉNEMENTS
EMPLOI
Environnement Magazine
CONTACTS
S'ABONNER
SE CONNECTER
BÂTIMENT
ENVIRONNEMENT
INFRASTRUCTURES TP
MATÉRIELS
RAIL
RÉSEAUX VRD
TERRASSEMENTS
EMPLOI-FORMATION
À la une \ ENVIRONNEMENT

Droit à la déconnexion : l’avis de la Ficime

Par La rédaction. Publié le 14 avril 2017.
Droit à la déconnexion : l’avis de la Ficime
NEWSLETTERS
Archiver cet article
PUBLICITÉ
Sujet transversal par excellence, la notion de droit à la déconnexion touche l’ensemble des salariés, y compris dans les secteurs du bâtiment, des travaux publics, de l’environnement, etc. La Ficime* – Fédération des Entreprises Internationales de la Mécanique et de l’Electronique – apporte son éclairage.
 
La notion de droit à la déconnexion n’est pas définie par la loi. On peut décrire ce droit comme celui pour le salarié de ne pas être connecté à un outil numérique professionnel (smartphone, internet, email, etc.) pendant les temps de repos et de congés car, selon la loi travail (El Khomri), le droit à la déconnexion vise à assurer aux salariés la garantie de bénéficier des durées minimales de repos.

Ainsi, à compter du 1er janvier 2017, dans les entreprises soumises à la négociation annuelle obligatoire "égalité professionnelle et qualité de vie au travail", (c’est-à-dire essentiellement pour les entreprises de plus de 50 salariés ayant un délégué syndical) cette négociation devra aborder les modalités de déconnexion de tous les salariés, ou par un accord négocié avec les délégués syndicaux , ou, à défaut d’accord par une charte établie par l’employeur après consultation du Comité d’entreprise ou à défaut des Délégués du Personnel. Parallèlement, dans toutes les entreprises qui ont des salariés en forfaits jours, l’accord collectif qui sert de base à ces forfaits jours devra comprendre des modalités concernant le droit à la déconnexion.

De l’avis de la FICIME, l’esprit du texte révèle bien la notion d’un droit, qui, certes, doit être effectif, mais dont l’exercice relève donc de la liberté du salarié !
 
Existe-t-il une condition de taille d’entreprise ou de représentation du personnel pour le mettre en œuvre ?

- NON pour le droit à la déconnexion des forfaits jours, aucune condition de taille de l’entreprise ou de représentation du personnel
- OUI pour la négociation annuelle sur la qualité de vie au travail, nous pouvons retenir que ce sera pour les entreprises de plus de 50 salariés ayant un délégué syndical
 
Est-ce une obligation ou un objectif ?

- Une obligation pour le droit à la déconnexion des forfaits jours
- Une obligation de négocier mais comme d’habitude, pas d’aboutir à un accord pour la négociation annuelle sur la qualité de vie au travail mais dans ce cas il faudra faire une charte.
 
Et ce avant le 1er janvier 2018 !
 
En conclusion, ce sujet concerne toutes les entreprises. Seules les entreprises dans lesquelles d’une part aucune section syndicale d’une organisation syndicale représentative et, d’autre part qui n’emploient aucun salarié en forfait jours ne sont pas concernées. 
Il est donc recommandé aux entreprises d’engager dès à présent une discussion avec le groupe et la Direction avant d’engager toute négociation. Les entreprises doivent donner aux salariés la faculté de se déconnecter. Mais, pour autant, il semble bon de rappeler que  la notion de travail  "commandée" par l’employeur doit rester le principe et que le salarié a aussi le devoir d’assurer sa propre santé et sécurité au travail.
 
 
Crédit : H. Y.
Rejoignez-nous sur : LinkedIn, Youtube, Facebook et X.
À lire également
8 novembre 2023
Texcon 2023 : l'évènement interne de Terex qui valorise la technologie Terex a accueilli environ 250 clients de toute l'Inde à l'occasion de son évènement interne Texcon, qui se tenait en octobre et abordait les grands défis du secteur de la construction et du recyclage. 
Texcon 2023 : l'évènement interne de Terex qui valorise la technologie
10 octobre 2023
Clovis Location devient Clovis Clovis Location affiche une nouvelle identité de marque qui prévoit son changement de nom en Clovis, et un nouveau logo. 
Clovis Location devient Clovis
7 septembre 2023
Une nouvelle fonderie d’aluminium bas carbone va voir le jour en Vendée Une nouvelle fonderie bas-carbone devrait être mise en service à l’automne 2024 en Vendée. Cette usine, dont la production devrait atteindre 40 000 tonnes d’aluminium recyclé par an, s’inscrit dans le plan France 2030 et participera à un meilleur suivi des émissions de CO2 du secteur de la construction.
Une nouvelle fonderie d’aluminium bas carbone va voir le jour en Vendée
Tous les articles ENVIRONNEMENT
Construction Cayola est un site du Groupe Cayola