Découvrez nos newsletters
Gratuites et spécialisées dans votre secteur
Accès abonnés ✉ Nos newsletters gratuites Je m'abonne
Menu

ENVIRONNEMENT
VIDÉOS
BÂTIMENT
ENVIRONNEMENT
INFRASTRUCTURES TP
MATÉRIELS
RAIL
RÉSEAUX
TERRASSEMENTS & CARRIÈRES

Le métro de Rennes tombe sur un os

Partager :
Le métro de Rennes tombe sur un os
Par J.T., le 21 juillet 2015
✉ Découvrez notre newsletter gratuite Environnement

Le tunnelier chargé de creuser la ligne B du métro de Rennes a rencontré des difficultés des filons d’antimoine, un minerai semi-métallique dangereux pour la santé, sur le tracé, obligeant la Société d’Économie Mixte des Transports Collectifs de l’Agglomération Rennaise (Semtcar) à recourir à une installation de stockage dédiée.

Les analyses de déblais rejetés par le tunnelier ont révélé la présence d’antimoine dans les échantillons. Ce minerai naturel, solide et néfaste, est classé comme matière dangereuse pour l’environnement terrestre et aquatique et doit donc être traité comme tel, rappelle Ouest France. En contact avec l’homme, il provoque des irritations aux yeux et à la peau ainsi que des dégâts au coeur et aux poumons.

La Semtcar a dû faire appel à l’installation de stockage de la Dominelais (groupe Séché) autorisée à accueillir la terre polluée en lieu et place de la carrière de Mernel près de Lohéac qui accueille habituellement les déchets du tunneliers. Une solution "provisoire", souligne Ouest France, en raison du coût à la tonne beaucoup plus cher qu’une carrière classique. La Semtcar a fait savoir au quotidien qu’elle envisageait d’utiliser d’anciennes mines d’antimoine au sud de Janzé pour y stocker les terres contaminées.



Crédit photo : Vigouroux
Retrouvez toute l'information "environnement" dans Mat Environnement.
Mat Environnement, l'actualité de la filière environnement.
Consulter le magazine
Offre digitale
à partir de
8,90 €

Je découvre
S'identifier
S'inscrire
-------------------- PUBLICITÉ --------------------
  Du béton radioactif dans BTP ça tourne !

Du béton radioactif est-il utilisé dans les chantiers du Grand-Paris? Dans ce nouveau numéro, vous découvrirez le combat judiciaire des habitants de Tournai-sur-Dive dans l’Orne.
+ de vidéos BTP ça tourne
À lire également
« Le principal enjeu consiste à assurer une traçabilité des déblais »
« Le principal enjeu consiste à assurer une traçabilité des déblais »
Christophe Maillet est responsable de la valorisation des déblais du Grand Paris Express au sein de la Société du Grand Paris. A ce titre, sa mission consiste à trouver un débouché pour les 45 millions de tonnes de terres excavées pour la construction des futures lignes de métro. Un rôle crucial alors qu'au moins 70 % de ces déblais doivent être valorisés.
Grand Moscou : Suez et MIP en charge des déblais
Grand Moscou : Suez et MIP en charge des déblais
Suez et Mosinzhproekt (MIP) ont signé un accord prévoyant la création d'une coentreprise chargée de définir une stratégie de gestion des déblais et des déchets des chantiers issus des projets de transport urbain du Grand Moscou.
[Tribune] Paris en travaux : galère ou opportunité pour l'économie circulaire ?
[Tribune] Paris en travaux : galère ou opportunité pour l'économie circulaire ?
Paris cet énorme chantier...! Partout, les travaux battent leur plein, engendrant beaucoup de bruit et des difficultés de circulation. Au-delà de ces désagréments, le nombre de chantiers actuellement en cours est une excellente nouvelle, considère Emmanuel Cazeneuve, PDG d'Hesus.
Grand Paris Express : Que faire des déblais du super métro ?
Grand Paris Express : Que faire des déblais du super métro ?
La Société du Grand Paris estime que les travaux de construction des nouvelles lignes de métro devraient générer au total 45 millions de tonnes de déblais, dont seulement 2 millions déjà excavés depuis le lancement du chantier en 2016. Jusqu’à 2030, la gestion de ces déblais s’annonce ainsi comme un immense défi environnemental et économique.
Nouvelle installation pour mieux valoriser la terre chez Sodextra
Nouvelle installation pour mieux valoriser la terre chez Sodextra
Depuis sa création en 1975, la Sodextra débarrasse les professionnels du BTP de leurs déchets et gravats et leur fournit en retour différents matériaux de construction issu du traitement de ces déchets. Pour aller plus loin, une nouvelle installation de lavage de terres avec unité de traitement par voies humides permettra, d’ici la fin de l’année, de mieux les valoriser à hauteur de 75 % pour en extraire des granulats et du sable de très bonne qualité.
Grand Paris : déblais et double impact
Grand Paris : déblais et double impact
Trouver un débouché pour les 45 millions de tonnes de terres excavées par les tunneliers et autres machines de chantier, dans le cadre de la construction des futures lignes de métro du Grand Paris Express, est un sacré challenge, d’autant plus que la règlementation impose la valorisation d’au moins 70 % de ces déblais dès 2020. Si la traçabilité est la grande préoccupation du maître d’ouvrage, la Société du Grand Paris, pour d’autres, à l’instar de l’entreprise Hesus, l’enjeu se situe au niveau de l’impact carbone. Explications. On compte trois types de travaux d’excavation sur les chantiers du Grand Paris Express : classique par pelle, par tunnelier, ou par réalisation de parois moulées. En fonction du type choisi, s’ouvrent différentes possibilités de valorisation des matériaux, très dépendantes de la lithologie. Dans le sous-sol parisien, on en dénombre une vingtaine au total. « Sur le lot 3 de la ligne 18, nous retrouvons par exemple des sables de Fontainebleau, une lithologie qui peut être assez facilement valorisée. En fonction du type de terre, nous pouvons travailler dans deux directions : la valorisation matière ou la valorisation volume dans le cadre du projet Ligne Terre. Avec la valorisation matière, nous cherchons à développer, directement avec les entreprises, des filières d’éco-matériaux et d’éco-construction pour transformer les matériaux. Il y a donc tout un travail de caractérisation des déblais, de normalisation et d’identification des filières », explique Christophe Maillet, responsable de la valorisation des déblais du Grand Paris Express au sein de la Société du Grand Paris. Aujourd’hui, Néo Éco, une entreprise spécialisée dans le recyclage de déchets, accompagne le maître d’ouvrage sur le réemploi des matériaux, dans une logique d’économie circulaire. « Avec le projet Ligne Terre, l’idée consiste à valoriser les matériaux dans le cadre des projets d’aménagement portés par les collectivités locales situées à proximité des sites d’excavation, comme la création de parcs paysagers, le réaménagement de carrières souterraines, ou même, des projets routiers nécessitant des matériaux pour le compactage du sol », liste le responsable.
Mat Environnement n° 91 vient de paraître
Mat Environnement n° 91 vient de paraître
Au sommaire de ce numéro : Indra Automobile Recycling se prépare à l’arrivée des voitures électriques hors d’usage ; PlasticsEurope veut extirper le plastique de la poubelle grise ; Questions à Marie-Pierre Mescam, présidente de Federec Métal...
Tous les articles ENVIRONNEMENT
Applications
Accès au kiosque
Événements
Energaia 2019
11 Décembre 2019
Energaia 2019
RDET 2020
7 Janvier 2020
RDET 2020
Colloque : Etat des lieux de la reconversion des sites pollués et perspectives
23 Janvier 2020
Colloque : Etat des lieux de la reconversion des sites pollués et perspectives
+ d'événements
Emploi
- Chargé / Chargée d'affaires BTP
- Projeteur / Projeteuse béton armé
- Chef de chantier
- Manoeuvre bâtiment
+ d’offres
constructioncayola.com est un site du Groupe Cayola.