Certaines fonctionnalités de ce site reposent sur l’usage de cookies.
Les services de mesure d'audience sont nécessaires au fonctionnement du site en permettant sa bonne administration. Vous avez cependant la possibilité de vous opposer à leur usage.
REFUSER
ACCEPTER
CONNEXION
Valider
Mot de passe oublié ?
Accueil > Actualités > Bâtiment - Gros oeuvre > Ecocem : « Notre objectif est de réduire drastiquement les émissions de CO2 d’ici 2030 »
BÂTIMENT - GROS OEUVRE

Ecocem : « Notre objectif est de réduire drastiquement les émissions de CO2 d’ici 2030 »

PUBLIÉ LE 12 JUIN 2023
CH. RAYNAUD
Archiver cet article
Ecocem : « Notre objectif est de réduire drastiquement les émissions de CO2 d’ici 2030 »
Olivier Guise, directeur exécutif stratégie, technologie et nouvelles activités d’Ecocem
A compter du 1er juin 2023, Cemex et Ecocem s’associent pour la recherche et le développement de solutions à faible teneur en carbone. Avec ce partenariat, les deux entreprises exploreront les possibilités d’utilisation de matériaux cimentaires à faible émission de carbone dans la production de béton, conformément à l’aspiration de Cemex de réduire de 55 % les émissions de CO2 dans ses activités européenne d’ici à 2030. Nous avons demandé à Olivier Guise, directeur exécutif stratégie, technologie et nouvelles activités d’Ecocem, de nous clarifier les es tenants et les aboutissants de ce partenariat.
 
Prescription Béton : Quels sont les modalités de ce partenariat ? Un partenariat commercial ? Un partenariat pour mettre au point des formulations béton ?
Olivier Guise : Cemex France et Ecocem ont une longue histoire de collaboration et ont travaillé ensemble de manière intensive sur tous les marchés où ils sont présents. Cemex France est le client le plus important d’Ecocem. Nous avons une histoire commune réussie en ce qui concerne la mise sur le marché de produits et de technologies à faible teneur en carbone. Nous avons travaillé ensemble sur de nombreux tests et ce partenariat est une étape naturelle. Pour Ecocem, c’est l’occasion de développer et d’améliorer rapidement toute une série de technologies, y compris l’ACT. Pour Cemex France, il s’agit d’un accès à une R&D innovante pour développer une gamme de solutions à faible émission de carbone qui conviennent le mieux à sa gamme de produits et à son activité. Nous avons déjà réalisé un certain nombre de tests sur plusieurs sites avec Cemex en France. Ils se sont révélés encourageants en termes de performances dans toute une série d’applications et de conditions, et les deux parties sont satisfaites des résultats que nous obtenons dans toute la gamme des caractéristiques de performance. Nous passons maintenant à l’étape suivante, qui consiste à déployer la technologie dans divers environnements. Conformément à l’accord conclu entre les deux parties, Ecocem dirigera le projet qui fait appel à l’expertise et aux ressources des deux entreprises. Des groupes de travail dédiés ont déjà été mis en place et se concentrent sur les normes/spécifications, le développement du béton et le financement de l’innovation.
 
Prescription Béton : Dans un premier temps, le partenariat aura pour objectif de tester des solutions à faible émission de carbone dans 10 unités de production de béton prêt à l’emploi françaises de Cemex. S’étendra-t-il à d’autres sites ? A l’international ?
Olivier Guise : La France est le premier marché d’Ecocem et abrite deux de nos quatre usines de production. Dans un premier temps, nous nous concentrons sur la réussite de notre partenariat en France. Un partenariat en France permet de tester des méthodes de travail qui peuvent être rapidement développées et étendues grâce à la position de Cemex en tant que leader mondial des matériaux de construction, fournissant du ciment, du béton prêt à l’emploi, des granulats et des solutions d’urbanisation dans le monde entier. Un projet réussi en France pourrait ouvrir la voie à une collaboration beaucoup plus large au sein du groupe Cemex. Le développement de partenariats innovants avec des acteurs clés de l’industrie tels qu’Ecocem est un pilier important de la stratégie d’action climatique de Cemex, "Future in Action".
 
Prescription Béton : Ce partenariat a-t-il une durée définie ?
Olivier Guise : Avec cette extension du partenariat, Ecocem et Cemex exploreront les possibilités d’utiliser des matériaux cimentaires à faible teneur en carbone dans la production de béton, conformément à l’aspiration européenne de Cemex de réduire de 55 % les émissions de CO2 dans ses activités d’ici à 2030. Nous sommes impatients de collaborer de plus en plus étroitement avec Cemex pour relever le défi très réel que représente la réalisation de ces objectifs.
 
Prescription Béton : Dans ces formulations pour décarboner, quels sont les matériaux utilisés ? Est-ce que seul le laitier moulu de haut fourneau sera utilisé, ou d’autres additions minérales seront utilisées ? Pouvez-vous donner des recettes ?
Olivier Guise : Le seul levier efficace à court terme, à investissement limité, et avec possibilité de passage à l’échelle est la réduction ambitieuse du taux de clinker dans le ciment. Cette ligne directrice est la base de la stratégie de développement d’Ecocem. Les technologies que nous développons garantissent donc un taux de clinker bien inférieur à la moyenne actuelle en Europe de l’Ouest (75%). Ainsi la technologie ACT permet de réduire le taux de clinker à environ 20%. Le complément est basé sur l’utilisation de matériaux bas carbone appelés SCM (Supplementary Cementitious Materials), qui comprennent du laitier de hauts-fourneaux, du filler calcaire, des charges pouzzolaniques, etc, selon les matériaux bas carbone disponibles localement. Les compositions exactes restent le savoir-faire d’Ecocem.
 
Prescription Béton : Parle-t-on ici d’ACT ? Votre annonce ressemble beaucoup à l’annonce effectuée fin 2022.
Olivier Guise : Nos coopérations avec Cemex couvriront toute la gamme de nos technologies à faible émission de carbone, y compris ACT, et ACT est la technologie qu’Ecocem déploiera dans le cadre de ce travail initial avec les usines de béton prêt à l’emploi de Cemex. Il est possible que, dans le cadre de son programme "Future in action", Cemex travaille avec d’autres technologies (le communiqué fait référence à un portefeuille d’initiatives). Nous travaillons avec Cemex France pour déployer et tester la technologie ACT de manière rigoureuse et à grande échelle dans une série de conditions. Ecocem espère certainement étendre cette coopération et accélérer la décarbonisation de l’industrie du ciment aussi rapidement que possible.
 
Prescription Béton : Ce type de partenariat va-t-il s’étendre à d’autres cimentiers ?
Olivier Guise : Nous sommes très ouverts à un partenariat plus large et notre priorité est maintenant de faire de ce déploiement initial un véritable succès. Nous avons toujours fait part de notre volonté de nous associer à  différents acteurs. Notre objectif est de réduire drastiquement les émissions de CO2 d’ici 2030 et de soutenir l’accélération de la décarbonation de l’industrie cimentière. Cela n’est possible que si les principaux acteurs des secteurs du ciment, du béton et de la construction adoptent à grande échelle des solutions technologiques à base de ciment à faible teneur en carbone. Nous sommes en pourparlers avec un certain nombre d’acteurs du secteur du ciment au sujet de l’ACT, et nous vous communiquerons les dernières informations dès qu’elles seront disponibles.
 
PARTAGEZ
À LIRE ÉGALEMENT
Une nouvelle gamme électrique chez Yanmar
Une nouvelle gamme électrique chez Yanmar
Plan de simplification : action !
Brokk dévoile des robots de démolition de nouvelle génération
Brokk dévoile des robots de démolition de nouvelle génération
 Artisans, chefs d’entreprise du Bâtiment, engagez des apprentis !
"Artisans, chefs d’entreprise du Bâtiment, engagez des apprentis !"
Tous les articles Bâtiment - Gros oeuvre
L'essentiel de l'actualité de la construction
Ne manquez rien de l'actualité de la construction !
Inscrivez-vous ou abonnez-vous pour recevoir les newsletters de votre choix dans votre boîte mail
CHOISIR MES NEWSLETTERS