ÉVÉNEMENTS
EMPLOI
Environnement Magazine
CONTACTS
S'ABONNER
SE CONNECTER
BÂTIMENT
ENVIRONNEMENT
INFRASTRUCTURES TP
MATÉRIELS
RAIL
RÉSEAUX VRD
TERRASSEMENTS
EMPLOI-FORMATION
À la une \ BÂTIMENT - GROS OEUVRE

Cité administrative d’Amiens : une nouvelle référence de construction bas carbone

Par la rédaction. Publié le 15 décembre 2022.
Cité administrative d’Amiens : une nouvelle référence de construction bas carbone
Crédit photo : Guillaume Brière-Soude
NEWSLETTERS
Archiver cet article
PUBLICITÉ
Après le projet de réhabilitation de la Cité administrative de Rouen, le groupement mené par Bouygues Bâtiment Grand Ouest a remporté la construction d’une nouvelle Cité Administrative, celle d’Amiens (80).
 
Ce Marché Public Global de Performance d’un montant total d’environ 46,5 M€ est un projet exemplaire de 20 000 m² répartis sur 3 bâtiments qui allie qualité énergétique, environnementale, fonctionnelle et d’usage. La future Cité intégrée à la ZAC Gare-La Vallée accueillera 1100 agents à l’automne 2023. Elle est l’une des 4 cités administratives françaises qui font l’objet d’une construction neuve. Implantée au coeur d’Amiens, la future Cité, dite du XXIème siècle, va intégrer le nouveau quartier de La Vallée aussi nommé « Gare La Vallée », un projet urbain qui s’étend sur 170 hectares entre les voies ferrées de la gare d’Amiens et les berges de la Somme. Il a été validé dans le contrat de développement territorial de l’Amiénois et vise à moderniser les services publics et à assurer l’attractivité du territoire. Le Groupement de conception – réalisation – exploitation - maintenance, mené par Bouygues Bâtiment Grand Ouest, compte 9 sociétés cotraitantes aux expertises complémentaires, contribuant ainsi à la dynamique économique du territoire picard. Après 9 mois et demi de conception, les travaux ont démarré en octobre 2021 et s’achèveront à l’automne 2023.
 
La future Cité a été pensée pour être exemplaire en termes de construction durable, c’est-à-dire à la fois peu consommatrice d’énergie en phase d’exploitation, tout en garantissant le confort des agents et du public. Elle vise la labellisation Passivhaus, un niveau 3 Bâtiment biosourcé et un niveau bas carbone E2C1. Pour atteindre ces objectifs, le projet repose sur plusieurs axes forts. D’abord une conception bioclimatique qui favorise les économies d’énergie, permet de réduire les dépenses de chauffage et de climatisation tout en améliorant le cadre de vie. Ainsi les volumes ont été pensés pour favoriser la lumière naturelle et bénéficier des apports solaires. De plus, la gestion de l’énergie sera optimale grâce au raccordement au réseau de chaleur urbain et au futur réseau de froid urbain. Ensuite des solutions constructives préfabriquées en filières sèches : le projet intègre du bois à hauteur de 95 dm3/m2 de plancher avec notamment la mise en oeuvre de 9500 m² de planchers bois CLT (Cross Laminated Timber), soit au total 1700 m3 de bois pour les planchers. Ce projet est l’un des chantiers bois majeurs de Bouygues Bâtiment France, et les équipes chantier Bouygues Bâtiment Grand Ouest qui en assurent la pose bénéficient de l’accompagnement de WeWood, le pôle d’expertise en construction bois de Bouygues Bâtiment France. Et enfin, une enveloppe thermique très performante (laine de roche de 220 mm d’épaisseur pour les façades, isolant polyuréthane en toiture terrasse, fibrastyrène pour le parking, isolation performante des longrines et dalles portées…) et des menuiseries mixtes bois/alu dotées de triple-vitrage. Citons également la mise en œuvre de matériaux naturels comme par exemple, les revêtements de sol Marmoleum ou la peinture Algo à base d’algues.
 
D’une superficie totale de 20000 m2, les 3 bâtiments accueilleront 18 services administratifs, soit 1 100 agents, un restaurant inter-administratif de 900 m2 ainsi qu’une crèche de 15 berceaux avec un jardin attenant. Les flux seront bien identifiés pour optimiser l’accueil du public et l’environnement de travail des agents. L’architecture des 3 bâtiments se veut flexible, avec des aménagements intérieurs modulables : la structure en poteaux poutres et les cloisons amovibles ont ainsi été pensées pour permettre une flexibilité des espaces de travail. Elle repose en outre sur le concept de biophilie, c’est-à-dire l’intégration du vivant dans l’environnement bâti, ce qui se traduit par une valorisation du bois dans les espaces de travail, la végétalisation des passerelles de liaison entre bâtiments et des espaces extérieurs, etc. Enfin, le projet s’intègrera harmonieusement dans le quartier grâce à une large partie des façades des bâtiments revêtues de tuiles émaillées. Ce matériau fait écho, de manière contemporaine, à la brique omniprésente à Amiens. Ces tuiles sont produites localement, en Picardie, à Saint-Germer-de-Fly, par la société Edilians. Les 7000 m² de façades en bardage tuiles émaillées seront intégralement réalisés en part propre, par les équipes polyvalentes de Bouygues Bâtiment Grand Ouest.
 
Maître d’ouvrage :
Préfecture de la Somme
Maître d’ouvrage mandaté :
Ministère de l’Économie, des Finances et de la Relance
Groupement de conception-réalisation :
Bouygues Bâtiment Grand Ouest, Artbuild Architectes, Sogeti Ingénierie, Inddigo, Energelio, Economie 80, Acoustibel, Lhirr, Cram, Elan
Montant travaux :
42,5 M€
 
Rejoignez-nous sur : LinkedIn, Youtube, Facebook et X.
À lire également
12 février 2024
L'OPPBTP se déploie à la Réunion L'OPPBTP poursuit son déploiement à la Réunion avec l'organisation de sa première campagne 2024, du 19 février au 1er mars, avec le concours, notamment, de la FRBTP. 
L'OPPBTP se déploie à la Réunion
4 décembre 2023
Pont Seibert : une reconstruction historique ! Le pont Seibert construit en 1931 pour assurer la liaison entre les sites industriels de Renault sur la rive de Billancourt, l’île Seguin et le bas Meudon, a été démoli en 2018 en raison de la très forte corrosion de ses aciers. En reconstruction depuis 2020, ce nouveau pont sera ouvert au public fin 2025.
Pont Seibert : une reconstruction historique !
4 décembre 2023
Saint-Aubin-du-Cormier : métamorphose du Quartier Eugène Chasle Situé dans la commune de Saint-Aubin-du-Cormier (35), le quartier Eugène Chasle est au cœur d’un projet de renouvellement urbain mené par Néotoa. Les phases de démolition et de viabilisation sont aujourd’hui terminées pour laisser place à la réhabilitation des 24 logements existants et la construction de 70 nouveaux logements locatifs et d’une salle partagée d'environ 100 m2.
Saint-Aubin-du-Cormier : métamorphose du Quartier Eugène Chasle
Tous les articles BÂTIMENT - GROS OEUVRE
Construction Cayola est un site du Groupe Cayola