Découvrez nos newsletters
Gratuites et spécialisées dans votre secteur
Accès abonnés ✉ Nos newsletters gratuites Je m'abonne
FR
|
EN
Menu

BÂTIMENT - GROS OEUVRE
VIDÉOS
BÂTIMENT
ENVIRONNEMENT
INFRASTRUCTURES TP
MATÉRIELS
RAIL
RÉSEAUX VRD
TERRASSEMENTS/CARRIÈRES

[Tribune] Rénovation énergétique : comment optimiser les bâtiments de demain ?

Partager :
[Tribune] Rénovation énergétique : comment optimiser les bâtiments de demain ?
Par la rédaction, le 3 novembre 2020
DÉCOUVREZ NOTRE NEWSLETTER GRATUITE
Bâtiment - Gros oeuvre
-------------------- PUBLICITÉ --------------------
En France, les bâtiments sont responsables de 25 % des émissions de gaz à effet de serre. Le plan de relance présenté le 3 septembre dernier par le gouvernement consacre 6,7 milliards d’euros à leur rénovation énergétique, ce qui en fait l’un des leviers majeurs de la transition écologique. Décryptage de Nathalie Bellan, chef de projet Performance énergétique, et Denis Dhugues, directeur Pôle Rénovation Habitat, tous deux évoluant chez Engie.

Quels sont les enjeux de la rénovation énergétique des bâtiments ?

Denis Dhugues : Les avantages de la rénovation des bâtiments sont nombreux et bien connus : limiter l’émission de gaz à effet de serre, réduire la facture énergétique des usagers, augmenter leur confort, créer de l’activité économique non délocalisable, éviter l’obsolescence des bâtiments et augmenter leur valeur patrimoniale et leur liquidité sur le marché.
Pourtant, qu’il s’agisse de logements, de bureaux ou de bâtiments publics, l’activité de rénovation ne permet pas de répondre à ce jour aux objectifs de l’Etat. On ne rénove pas assez, ni en quantité (300 000 logements par an quand il faudrait en rénover 700 000 pour répondre aux ambitions de l’Etat), ni en qualité (10 % du marché du bâtiment en général est considéré comme de la « non-qualité »). Chercher à accélérer un système déjà sous contraintes, nous mettrait dans une situation complexe. L’objectif est plutôt de co-construire de nouvelles façons de travailler.
Pour saisir l’enjeu de ce changement, il faut savoir que le bâtiment est la seule activité industrielle qui n’ait pas gagné en productivité depuis 50 ans. Avec les contraintes sur les prix, les gains se font donc en jouant sur la qualité. La deuxième difficulté est que le marché est très fragmenté : la taille moyenne des entreprises du bâtiment se situe en dessous de 10 personnes. Il y a donc peu d’accès à la formation continue, d’où la difficulté de faire évoluer ce secteur.

-------------------- PUBLICITÉ --------------------
Quelles sont alors les perspectives pour optimiser les bâtiments de demain ?

Nathalie Bellan : Pour atteindre les objectifs du plan de relance, il faudra non seulement compter sur les aides financières (6,7 Mds € dont 4 Mds € pour l’Etat et l’enseignement supérieur, 200 M€ pour les TPE et PME et le reste pour le logement privé ou social) mais aussi sur des incitations à transformer notre manière de travailler. Par exemple, les chartes « Coup de Pouce » qui favorisent les offres globales avec engagement de performance. Cela répond à deux écueils : le morcellement de l’activité de rénovation entre une multitude d’acteurs et l’efficacité insuffisante des rénovations en termes de performance énergétique à long terme. Ces offres globales qui vont de la conception à l’exploitation ne représentent encore qu’une part minime du marché, mais fortement tirée par le secteur public et vouée à augmenter.

Denis Dhugues : On peut également compter sur des gains de performance grâce aux nouvelles technologies de partage de données : la digitalisation et le BIM (Building information modeling). Chez Engie Solutions, Dans les chantiers, c’est une transition technologique majeure dont nous ne voyons pour le moment que les prémices. Autre exemple de changement d’approche : la démarche « Energiesprong » dans le logement social. Centrée sur le logement social, cette méthode consiste à fabriquer hors site des façades entières et à les intégrer directement au bâtiment. C’est une méthode très efficace qui pourra apporter à terme des gains de productivité.

Concrètement, quels sont les atouts d’Engie Solutions dans ce domaine ?

Nathalie Bellan : Notre premier atout est d’être capables de répondre à toutes les demandes d’un client concernant un bâtiment : climatisation, ventilation, chauffage, sécurité incendie, électricité, solutions de sécurité, plomberie sanitaire, facility management, robotique, réseaux fluides, connectivité et aménagement audiovisuel, modélisation et suivi de la performance, etc. C’est l’aspect multi-technique de nos solutions qui nous permet d’aborder l’efficacité énergétique d’un bâtiment d’un point de vue global.
Ensuite, nous nous distinguons par notre capacité à maîtriser le risque et à sécuriser nos clients en nous engageant sur des résultats. Nous avons à la fois une excellente capacité d’expertise en amont des travaux, pour identifier les actions de rénovation les plus pertinentes et accompagner le financement du projet, et en aval, pour exploiter les bâtiments au quotidien. Cela explique pourquoi nous sommes leader sur le marché des Contrats de performance énergétiques (CPE). Or, ces offres globales représentent vraiment l’avenir du marché de la rénovation énergétique, surtout dans le public et le tertiaire.
Notre dernière force - mais non la moindre ! -, c’est que l’efficacité énergétique est vraiment notre ADN, le cœur de notre culture d’entreprise. C’est pourquoi, outre nos ingénieurs efficacité énergétique, nous veillons à assurer dans ce domaine la formation de tous nos chefs de projet, ingénieurs d’étude, techniciens d’exploitation et responsables de sites et de pôles.


 

Infographie Engie Solutions
Retrouvez toute l'information de cette rubrique dans :
BTP Magazine Matériels avec son cahier Construction
Nouveautés, tendances et stratégies des constructeurs.
(+ son cahier Construction)
Découvrir
Acheter un numéro
-------------------- PUBLICITÉ --------------------
Spécialiste des grues et de la manutention embarquée, FASSI France offre une large gamme de grues en s'appuyant sur des partenariats exclusifs et privilégiés avec des marques reconnues internationalement.
Accéder au site de Fassi France
  Visite du chantier des Tours Duo
+ de vidéos BTP ça tourne
Dernier numéro
N° 52
Sommaire
Découvrir
J'achète un numéro (25 €)
À lire également
[Tribune] « MaPrimeRénov’ doit bénéficier de mesures complémentaires »
[Tribune] « MaPrimeRénov’ doit bénéficier de mesures complémentaires »
La Ministre du Logement Emmanuelle Wargon, dévoilait ce week-end les contours plus précis de MaPrimeRénov’. Effy, premier spécialiste de la rénovation énergétique auprès des particuliers, salue l’ouverture de l’aide à tous les ménages et sa plus grande progressivité grâce aux barèmes de prise en charge selon les niveaux de revenus. Le groupe attend désormais des mesures concrètes quant au financement du reste à charge des travaux, aux contrôles systématiques des chantiers subventionnés et à la bonne maîtrise de l’enveloppe budgétaire. « Nous nous réjouissons de l’ouverture à tous de MaPrimeRénov’ avec des barèmes progressifs. Il est désormais indispensable de protéger le dispositif des charlatans en instaurant des contrôles systématiques sur chantier : leur coût est faible par rapport au montant de la subvention ! Par ailleurs, l’utilisation de l’enveloppe budgétaire devra être régulièrement communiquée afin d’éviter les coups d’arrêt brutaux et permettre que le dispositif soit piloté plus rigoureusement en transparence avec la filière. Enfin, au-delà des subventions, il ne faut pas oublier d’apporter des réponses à la question du financement du reste à charge. » Pour Effy, 3 actions complémentaires assureront la réussite de MaPrimeRénov’ auprès des Français Renforcer les contrôles sur les chantiers et prévoir une enveloppe budgétaire pour les financer Afin d’éviter que l’ouverture de MaPrimeRénov’ ne fasse le jeu des margoulins, il est indispensable de renforcer les contrôles sur les travaux aidés et de prévoir une enveloppe budgétaire dédiée à ces contrôles. Un contrôle sur site coûte moins de 200 € pour une subvention de plus de 5 000 € en moyenne. Assurer un pilotage budgétaire rigoureux et transparent Pour assurer l’efficacité du dispositif et éviter les à-coups, un pilotage rigoureux des dépenses sera nécessaire. Cela doit passer par une communication transparente régulière sur l’utilisation du budget (en engagements et en versements par type de travaux et catégorie de revenus). Accélérer sur les mesures pour faciliter le financement du reste à charge, avec notamment des incitations en faveur de l’éco PTZ L’existence de 4 taux d’écrêtement implique des restes à charge situés entre 10 et 60 %. La question de leur financement via des dispositifs bancaires n’est pas abordée dans le Projet de loi de finances. Il est essentiel de l’y intégrer.
Un bâtiment R+8 en béton de chanvre
Un bâtiment R+8 en béton de chanvre
Situé au 81 Rue de Bellevue à Boulogne-Billancourt (92), le projet de 15 logements sociaux est aussi le premier bâtiment en France et en Europe à atteindre 25 mètres de hauteur avec une solution béton de chanvre.
Un nouvel élan pour la chaire Ingénierie des Bétons
Un nouvel élan pour la chaire Ingénierie des Bétons
La Fondation École Française du Béton (EFB) lançait en 2014, en partenariat avec l’ESTP Paris, la Chaire Ingénierie des Bétons (IdB). La responsable de la chaire, Céline Florence, a défini avec les parties prenantes, trois nouvelles orientations stratégiques afin de consolider et pérenniser les actions de la chaire IdB pour soutenir et valoriser la connaissance et l’utilisation du béton.
La base vie de chantier du futur selon le groupe Ramery
La base vie de chantier du futur selon le groupe Ramery
En septembre dernier, le groupe Ramery lançait son tout premier projet de co-design. Objectif : imaginer, avec tout un écosystème, la base vie de chantier du futur.
Télétravail et confinement : 54 % des Français souffrent de l'isolation défaillante de leur habitat
Télétravail et confinement : 54 % des Français souffrent de l'isolation défaillante de leur habitat
Avec le reconfinement, le télétravail devient la norme, en période hivernale cette fois. Une enquête IFOP « Confinement & Télétravail » réalisée en octobre 2020, à laquelle 1039 sondés ont répondu, met en évidence les défaillances de l'isolation des logements.
FFB :  Si nous agissons maintenant, nous éviterons le pire !
FFB : "Si nous agissons maintenant, nous éviterons le pire !"
Ce matin, Olivier Salleron, le nouveau Président de la Fédération Française du Bâtiment, a fait un point sur la conjoncture et a présenté à la presse le plan de relance de la FFB, après une épidémie de la Covid-19 qui a lourdement frappé l'activité du secteur.
Paris-Ouest Construction s'engage dans l'avenir digital
Paris-Ouest Construction s'engage dans l'avenir digital
Paris-Ouest Construction vient de signer un accord cadre de trois ans avec Resolving, pour se renforcer sur la voie de la digitalisation de ses métiers de la construction et de la rénovation.
Tous les articles BÂTIMENT - GROS OEUVRE
Événements
Pollutec 2020
1er Décembre 2020
PEXE : La rencontre « solutions innovantes pour les ports durables »
3 Décembre 2020
Confs'Amiante Hors-série Indus
8 Décembre 2020
+ d'événements
Emploi
- Architecte paysagiste
- Mécanicien / Mécanicienne d'entretien et de maintenance d'engins de chantier et de travaux publics
- Conducteur / Conductrice de travaux paysagers
- Ingénieur / Ingénieure de travaux
+ d’offres
Applications
Construction Cayola est un site du Groupe Cayola.