BÂTIMENT
ENVIRONNEMENT
INFRASTRUCTURES TP
MATÉRIELS
RAIL
RÉSEAUX VRD
TERRASSEMENTS/CARRIÈRES
VIDÉOS
À la uneTERRASSEMENTS

Oui, les déblais du Grand Paris Express sont tracés

Par la rédaction. Publié le 21 novembre 2022.
Oui, les déblais du Grand Paris Express sont tracés
Crédit : Rollando
Newsletters gratuites
Archiver cet article
Suite à la parution dans la presse de voix communales s’élevant contre la gestion des terres inertes du Grand Paris Express, la Société du Grand Paris a souhaité rétablir certains faits. 

Les travaux nécessaires à la réalisation du Grand Paris Express sont réalisés majoritairement entre 20 et 50 mètres sous terre ; à ce niveau de profondeur, les matériaux extraits sont exclusivement des terres naturelles dont la composition chimique peut varier d’une couche géologique à une autre. Pour sécuriser le processus de gestion des terres, la Société du Grand Paris analyse systématiquement les terres afin qu’elles soient acheminées dans les sites de stockage ou de valorisation adaptés à leur qualité et leur composition.

Un dispositif de traçabilité inédit des déblais, a en outre été mis en place lui permettant de suivre toutes les terres du chantier jusqu’à leur destination finale. Au final, la Société du Grand Paris rappelle que plus 98% de terres extraites des sous-sols franciliens sont non polluées et non dangereuses. Les 2% restants font systématiquement l’objet d’un
traitement spécifique et ne sont jamais envoyés dans un site de stockage de déchets inertes (ISDI).

A ce jour, aucun site à Bardouville n’est agréé ni enregistré comme site d’accueil des terres du Grand Paris Express auprès de la Société du Grand Paris. Deux sites de stockage situés sur les communes d‘Anneville-Ambourville et Yville-sur-Seine ont reçu des terres inertes des chantiers du Grand Paris Express. Sur ces sites, les seuils limites d’acceptation fixés par les autorisations préfectorales prennent en compte
la présence naturelle de certains éléments dans le sous-sol des sites en question. Les deux sites étant situés à proximité de la Seine, les terres ont pu être acheminées par voie fluviale, évitant ainsi de générer du trafic routier.

S’agissant des modalités de prélèvements, la Société du Grand Paris relève néanmoins que l’autorité préfectorale compétente a fermement contesté ces allégations. Il n’est d’ailleurs pas établi que ces analyses portent sur des déblais des chantiers du Grand Paris Express.

La Société du Grand Paris rappelle également que plus de 80% des déblais sont envoyés et gérés en Île-de-France. La Normandie a accueilli moins de 10% des volumes envoyés à ce jour (5% pour la Seine-Maritime), principalement acheminés par voie fluviale, alors que plus de 25 millions de tonnes ont déjà extraites du sous-sol d’Île-de-
France dans le cadre du projet Grand Paris Express.

Que s’est-il passé ?

Un article publié par France 3 Paris Ile-de-France fait état d’inquiétudes relevées "du côté de certaines communes où sont transférées les terres du Grand Paris Express", à l’instar de Saint-Martin-la-Garenne, dans les Yvelines qui avait accueilli en 2021 des terres contenant "des traces de pyrite". Dernièrement, près de Bardouville, en Seine-Maritime, un projet de remblaiement de carrière fait polémique au motif que "des traces de mercure et de plomb" supérieures aux "limites admises" auraient été détectées. L’association de riverains Les pieds dans l’eau aurait réclamé "une vraie traçabilité de ces terres". 


 
Toute l'information de cette rubrique est dans :
Terrassements & Carrières
Le magazine pensé comme un outil destiné aux carriers, aux terrassiers et aux entreprises de construction routière.
Découvrir
Acheter un numéro
S'identifier
S'inscrire
Rejoignez-nous sur : LinkedIn, Youtube, Facebook et Twitter.
À lire également
Fort à « fer » à Donges
17 juin 2021
Fort à « fer » à Donges Dans le cadre du futur contournement ferroviaire des sites industriels de Donges, le Lot T01 - comprenant les terrassements, l’assainissement, les sous-couches, le sous ballast, et les ouvrages sur 4 km hors raccordements – a été confié à un groupement d’entreprises dont Charier est le mandataire, qui affronte simultanément la présence d’une quarantaine d’autres lots présentant donc plusieurs interfaces, des pipelines au caractère particulièrement sensible, et doit en plus gérer des terres polluées dans une zone autrefois bombardée. 
ECT : « Intégrer une dimension environnementale à chaque projet »
7 décembre 2021
ECT : « Intégrer une dimension environnementale à chaque projet » Entreprise « quasi familiale », ECT trace et accueille les terres excavées issus des chantiers. Ses aménagements qu’il souhaite non bâtis se veulent utiles et atypiques. En poste depuis 2016, son président, Laurent Mogno, s’emploie à dupliquer le modèle hors Ile-de-France.
La déviation du Taillan-Médoc inaugurée
7 décembre 2022
La déviation du Taillan-Médoc inaugurée Débuté en 2019, et commandité par le Département de la Gironde (33), le chantier de la déviation du Taillan-Médoc est désormais terminé. Le nouvel axe a pour objectif de fluidifier et sécuriser la circulation du centre-ville de la commune, traversé quotidiennement par 20 000 véhicules, dont 10 % de poids lourds, et ainsi améliorer l’accessibilité́ des zones urbanisées de Saint-Aubin-de-Médoc, Le Pian-Médoc et Arsac.
Tous les articles TERRASSEMENTS
Construction Cayola est un site du Groupe Cayola