Menu
Abonnements
Toutes nos offres

Terrassements & Carrières

La Corderie : beau comme l'Antique

Partager :
     
La Corderie : beau comme l'Antique
Par Steve Carpentier, le 13 septembre 2017
Dans la cité phocéenne, une carrière grecque exploitée à partir du VIème siècle avant notre ère a été révélée par des travaux d’archéologie préventive. La sauvegarde d’un site unique en son genre oppose désormais l’Etat et des associations d’habitants de Massalia, l’ancien nom de la ville méditerranéenne. Une lutte des anciens et des modernes, comme dans la Grèce Antique.
 
Remarquable” : c’est en ces termes que Philippe Mellinand, archéologue à l’Institut national de recherches archéologiques préventives (Inrap), qualifie la carrière de la Corderie dans le quartier Saint Victor à Marseille, non loin du mythique Vieux Port. Pendant trois mois, lui et son équipe de huit chercheurs ont mené les fouilles et révéler un site archéologique de première importance puisqu’il s’agit ni plus ni moins de la plus vieille carrière de l’époque grecque jamais mise au jour dans l’hexagone. Un témoignage du passé qui vient retracer l’histoire de la ville de Marseille née au 7ème siècle avant JC. Mais aussi une trace remarquable de l’histoire des villes antiques. En bref, une découverte de tout premier ordre qui nous renseigne sur les méthodes de travail des premiers carriers.
 
Une carrière de 1.200 m2 datant du VIème siècle avant J-C
 
D’avril à juin 2017, l’Inrap a fouillé sur prescription de l’Etat une parcelle de 4.200 m2 boulevard de la Corderie à Marseille. Sur cette zone délimitée est apparue une ancienne carrière de 1.200 m2. Située dans le quartier Saint Victor, lequel quartier domine la rive sud du Vieux Port, la fouille s’est inscrite dans le projet de construction d’un immeuble de 109 logements par l’Adim Paca du groupe Vinci. Les fouilles ont mis au jour des vestiges qui témoignent de l’exploitation d’une carrière à partir du VIème siècle avant notre ère, lorsque Marseille se nommait encore Massalia.
Car Marseille est une ville unique en son genre : il s’agit de la seule ville de France à pouvoir revendiquer vingt six siècles d’histoire urbaine continue. Fondée par des marins grecs, elle occupe dès le sixième siècle avant J-C la rive nord du Vieux Port. Le stampien à grains fins, à savoir une pierre calcaire tertiaire, y est présent sur la rive sud autour de l’abbaye Saint-Victor et du bassin de Carénage. Un stampien très recherché par les grecs lorsqu’ils érigent Massalia. Sur le site actuel de la Corderie, en plein 7ème arrondissement de Marseille, l’exploitation de ce calcaire a laissé des traces sur une hauteur avoisinant les six mètres. Exploitée aux VIème et Vème siècle, elle est finalement abandonnée et comblée dans le premier quart du Vème siècle après des décennies d’extraction de pierres qui serviront à bâtir la cité.
 
Le sous sol comme miroir de l’histoire de Marseille
 
Dans un ouvrage extrêmement érudit intitulé “Quand les archéologues redécouvrent Marseille”, Philippe Mellinand et Marc Bouiron, confrère du collaborateur de l’Inrap, rappellent que c’est dans le sous sol de la ville qu’il faut aller chercher l’histoire de Marseille. “Vers -600 avant JC, des colons grecs originaires de Phocée en Asie Mineure arrivent dans la calanque du Lacydon et fondent la comptoir de Massalia, écrivent les deux auteurs. La ville s’est alors développée en gagnant sur les collines environnantes. Cette permanence topographique a causé la destruction quasi systématique des constructions successives, qu’elles soient antiques, médiévales ou modernes”.
Il faut dire que Philippe Mellinand connait l’histoire de la ville sur le bout des doigts. Depuis plus de deux décennies, il est de tous les projets de fouilles conduites dans la ville de Marseille. Rattaché au CNRS, il a participé aux fouilles du port, à celles de la nécropole grecque et romaine Sainte Barbe, et a dirigé de nombreux autres projets de fouilles sur le collège Vieux-Port, l’hôtel Dieu, etc. De la carrière de la Corderie, il en a retenu le souvenir d’un paysage “figé et intact”. “Contrairement à des sites de fouilles classiques, le sujet de l’étude a été ici le rocher lui même, commente t-il. Aucun vestige n’a été prélevé sur place, la totalité de la carrière demeurant visible ce qui donne à ce site ce caractère spectaculaire. Au delà du caractère remarquable du site et par delà le problème de conservation qui est dissocié de son intérêt scientifique, ces fouilles nous ont permis de retracer les techniques d’extraction de l’époque et nous fournissent une quantité considérable d’informations sociales, techniques et historiques sur la période gréco romaine”. Il faut dire que la carrière de la Corderie est la première du genre en France à avoir été dégagée et fouillée de manière aussi méthodique et à avoir révélé autant d’indices du passé. En effet, d’une façon générale, les carrières antiques fouillées au 19ème siècle dans la ville ont été détruites une fois les éventuels vestiges mis au jour. Le site de Corderie n’est pas unique mais il est le seul à ce jour auquel les archéologues ont pu avoir accès avec autant de facilité. Si l’utilisation du calcaire dit de “Saint Victor” est attestée dans les constructions de Massalia, il demeure que c’est la première fois que l’un de ses gisements est découvert. Un endroit exceptionnel donc qui va permettre de mieux comprendre le lien qu’il entretenait avec la ville, même si la taille de l’exploitation permet d’ores et déjà d’affirmer qu’il était loin de constituer l’ensemble de l’approvisionnement en blocs calcaires de la vieille Massalia. Un calcaire très tendre qui n’aurait pas été utilisé en élévation mais plutôt en fondations, notamment pour la construction des remparts de la ville de Marseille dont les premiers mis en œuvre remontent au VIème avant JC. La pierre de cette carrière serait donc celle qui aurait servi à bâtir l’actuelle cité phocéenne.
Un reflet du travail des carriers grecs
 
Mais pas seulement. En effet, selon les chercheurs, la production de la carrière était selon toute vraisemblance relativement diversifiée, les carriers grecs extrayant des blocs de grande taille mais aussi des éléments architecturaux circulaires de différents diamètres. Les archéologues ont découvert également les preuves d’une activité consacrée à la production de cuves et de couvercles de sarcophages. Exceptionnel, le site de fouilles a même permis de recréer les étapes de la chaine opératoire depuis le tracé de calepinage jusqu’à la taille de la cuve elle même. Témoin de ce travail de tailleur, une cuve achevée mais défectueuse a été abandonnée sur place et est encore visible en parfait état. Si la carrière est grecque, elle semble avoir perduré sur la période romaine au cours du IIème siècle avant notre ère. Les archéologues ont en effet identifié une reprise d’extraction récente : un graffiti sur une paroi rocheuse qui semblerait correspondre à un compte de carriers. “A la Corderie, la terre est tendre et a préservé tous les impacts des outils, précise Philippe Mellinand. Cela nous a permis d’avoir un contact presque physique avec l’histoire et les techniques de taille des premiers carriers, ce qui pour nous archéologues est une première”. Si la carrière est ancienne, elle montre cependant que les techniques d’extraction ont finalement peu évolué au cours des siècles et se retrouvent quasiment à l’identique à l’orée du XXème siècle de notre ère. Pic, escoude, coins et leviers sont les outils des carriers que l’on retrouve tant chez les grecs que chez les carriers de l’’époque moderne. L’inrap note également que le principe d’extraction est également resté le même pendant plus de deux millénaires, avec le dégagement périphérique du bloc au moyen de tranchées de havage puis l’insertion de coins à sa base pour le séparer de son substrat.
 
La sauvegarde du site en question
 
Aujourd’hui, si l’histoire refait surface, elle n’en questionne pas moins notre présent. Car la carrière de la Corderie est au cœur d’une querelle politique à la hauteur de son importance historique. En avril 2017, lorsque le permis de construire d’un immeuble de huit étages, de 109 logements et de trois parkings souterrains est attribué par Jean Claude Gaudin, le maire LR de la ville, les critiques pleuvent. Trop grand, trop élitiste, le projet est combattu notamment par Patrick Mennucci, ancien-député maire du secteur. La découverte peu de temps après lors du début des fouilles préventives d’une carrière enterrée d’importance historique capitale va alors venir mettre le feu aux poudres. Les riverains s’engagent pour la sauvegarde complète du site et se mobilisent pour annuler le projet immobilier. Un combat qui n’aura pas convaincu puisque le ministère de la culture par la voix de sa toute nouvelle patronne Françoise Nyssen a finalement décidé de ne classer au patrimoine historique qu’une parcelle de 650 m qui sera accessible en permanence au public grâce à une servitude. Une parcelle qui correspond à la partie la plus ancienne et représentative de la carrière, là où l’ensemble des enlèvements sont représentés, notamment les sarcophages. La résidence devrait donc voir le jour à côté d’un périmètre classé. Une solution en demi teinte qui est loin de ravir les opposants au projet : certains ont promis d’occuper le site jusqu’au retrait définitif du projet. Une nouvelle ZAD est donc peut être en préparation à Marseille pour protéger la mémoire des premiers carriers de la cité. Les opposants au projet s’apretaient mi-septembre à déposer un recours devant le tribunal administratif.
 

 
 
 
 
Crédit : INRAP
Ce numéro ne fait pas partie de votre abonnement.
Article issu de Terrassements & Carrières n° 160.
Prolongez votre lecture !
JE M'ABONNE
TOUTES NOS OFFRES
ACHETER LE NUMÉRO 160
S'identifier S'inscrire
  • Le 15' du BTP spécial Intermat - 07 - Version intégrale - 28 avril
    Intermat 2018 : Steve Carpentier et Julia Tortorici vous font vivre l'actualité du cinquième jour du salon. Julia rencontre Imer Group, Hidromek, et Waterking et "Bonjour Isabelle", vous présente le programme du vendredi. Puis Steve reçoit Jean- Claude Fayat, Président du Groupe Fayat, et profite de cette interview pour vous faire découvrir l'une des figures de la construction. Giuliano Parodi, CEO de Yanmar Construction Equipment et Andreas Hactergal Sales and Marketing Director, font un saut sur le plateau pour l'interview sans filet.
  • Le 15' du BTP - Spécial Intermat - Version intégrale du 27 avril
    Dans cette édition quotidienne spéciale Intermat 2018, Steve Carpentier et Julia Tortorici vous font vivre l'actualité du quatrième jour du salon. Julia part à la rencontre de Liebherr, CAP, Bomag, TERAMAT et Bell France. Avec "Bonjour Isabelle", Isabelle Alfano vous présente le programme du vendredi et vous livre ses meilleurs conseils pour profiter pleinement de l'évènement. Découvrez l'actualité Kohler Engines et Goldhofer Transport dans la rubrique "Quels Chantiers". Enfin, Steve reçoit en plateau Martin Schickel, President chez Liebherr Mietpartner pour conduire l'interview sans filet.
  • Le 15' du BTP - Spécial Intermat - Version intégrale du 26 avril
    Dans cette édition quotidienne spéciale Intermat 2018, Steve Carpentier et Julia Tortorici vous font vivre l'actualité du troisieme jour du salon. Dans sa chronique, Julia part à la rencontre de Bobcat, Doosan et ACB. Dans la rubrique "Bonjour Isabelle", Isabelle Alfano vous présente le programme du jeudi et vous livre ses meilleurs conseils pour profiter pleinement de votre visite. Découvrez l'actualité de MBW Europe, Kinshofer et Copac dans la rubrique "Quels Chantiers". Enfin, Steve reçoit en plateau Alexandre Marchetta, Directeur General de Mecalac pour conduire l'interview sans filet.
  • Le 15' du BTP - Spécial Intermat - Version intégrale du 25 avril
    Dans cette édition quotidienne spéciale Intermat 2018, Steve Carpentier et Julia Tortorici vous font vivre l'actualité du deuxième jour du salon. Dans la case actu, Julia part à la rencontre de Liebherr, Mecalac, Komatsu et MB Crusher. Dans la rubrique "Bonjour Isabelle", Isabelle Alfano vous présente le programme du mercredi et vous livre ses meilleurs conseils pour profiter pleinement de votre visite. Découvrez l'actualité de Brokk et Witeck dans la rubrique "Quels Chantiers". Enfin, Steve reçoit en plateau Michel Denis, Président & CEO de Manitou Group pour conduire l'interview sans filet.
  • Le 15' du BTP - Spécial Intermat - Version intégrale du 24 avril
    Dans cette édition quotidienne spéciale Intermat 2018, Steve Carpentier et Julia Tortorici vous font vivre l'actualité du premier jour du salon. Dans la chronique "On n'a pas loupé !" Julia part à la rencontre de Takeuchi, LEM Equipment, Komatsu Franceet Manitou. Puis vient la rubrique "Bonjour Isabelle", avec notre guest star Isabelle Alfano, qui nous présente le programme de la journée et vous avise de ses précieux conseils pour vous faire profiter de l'évènement dans les meilleures. Avec Michelin, Leica Geostystems et Steelwrist dans la rubrique "Quels Chantiers", nous vous ouvrons les portes de quelques-uns acteurs les plus influents du marché.
TOUS LES NUMÉROS EN REPLAY ›
À lire également
La carrière monte au front
La carrière monte au front
Secteur clé de l’industrie du granulat, la carrière est en pleine mutation.
La carrière de Labatut change de peau
La carrière de Labatut change de peau
La carrière de Labatut près de Dax s'étale sur près de 150 hectares, entre zone d'extraction et outil productif.
La SMBP s'équipe d'un engin de poids !
La SMBP s'équipe d'un engin de poids !
En mars dernier, la SMBP (Société des Matériaux de Berchère-les-Pierres) a fait l’acquisition de la plus grosse pelle de carrière en France : la Caterpillar 6015B, 150 tonnes sur la balance.
Comment sécuriser les pistes en carrière ?
Comment sécuriser les pistes en carrière ?
Fini le temps des arroseuses et des tracteurs agricoles pour arroser les pistes empoussiérées dans les carrières.
Les drones font carrière
Les drones font carrière
Eiffage Infrastructure a fait appel aux drones professionnels Delair pour survoler ses carrières et chantiers en Guyane.
Le porte-engin s’emballe pour la grosse machine
Le porte-engin s’emballe pour la grosse machine
Effet inhérent à la demande de transport d’engins de plus en plus lourds et encombrants, notamment dans le cadre du Grand Paris, la remorque et semi-remorque porte-engin monte en gamme, en nombre d’essieux, en capacité de charge mais aussi, en modularité.
Pelles spéciales : l’hybride fonctionne aussi en carrière
Pelles spéciales : l’hybride fonctionne aussi en carrière
Les mentalités évoluent… Ainsi, si le concept de la pelle hybride a déjà convaincu pas mal d’entreprises dans les travaux urbains, ne serait-ce que par la baisse des émissions polluantes et sonores, il trouve désormais preneur dans le monde de l’extraction avec des modèles de chargement approchant les 40 t.
Quand la carrière fait boom
Quand la carrière fait boom
La carrière de granit rose des Vosges de Saint Pierre Bois près de Sélestat en Alsace est une quasi exception géologique.
ACCÈS AU KIOSQUE
Événements
Salon Amiante
12 Septembre 2018
Salon Amiante
Artibat
24 Septembre 2018
Artibat
Cycl'eau
3 Octobre 2018
Cycl'eau
+ D'ÉVÉNEMENTS
Rubriques
Bâtiment
Environnement
Infrastructures TP
Rail
Réseaux VRD
Terrassements & Carrières
Réseaux sociaux
Facebook
Twitter
LinkedIn
Youtube
Magazines
BTP Magazine
BTP Rail
Environnement Magazine
Hydroplus
Mat Environnement
Planète B
Réseaux VRD
Terrassements & Carrières
Services
Pages d'aide (FAQ)
Newsletters
Agenda
Abonnés
RGPD 2018
CGV (digital)
CGV (magazines)
CGV (pub)
Nous contacter
L’équipe
Mentions légales
constructioncayola.com est un site du Groupe Cayola.