Menu
VIDÉOS
BÂTIMENT
ENVIRONNEMENT
INFRASTRUCTURES TP
MATÉRIELS
RAIL
RÉSEAUX VRD
TERRASSEMENTS/CARRIÈRES

Hydroélectricité et transition énergétique : le Sénat adopte une proposition de loi

Hydroélectricité et transition énergétique : le Sénat adopte une proposition de loi
Barrage Livet (Crédit EDF)
Par la rédaction, le 15 avril 2021.
Newsletters gratuites
-------------------- PUBLICITÉ --------------------
Le Sénat a adopté le 13 avril dernier, la proposition de loi tendant à inscrire l‘hydroélectricité au cœur de la transition énergétique et de la relance économique, présentée par plusieurs membres de la commission des affaires économiques.

La proposition de loi avait été déposée au Sénat le 25 février 2021 par le sénateur Daniel Gremillet et la sénatrice Sophie Primas, présidente de la commission des affaires économiques et plusieurs de leurs collègues. Le texte visait à rénover sur plusieurs points le cadre législatif portant sur les installations hydroélectriques, ceci afin d’inscrire l’hydroélectricité au cœur de la transition énergétique et de la relance économique. Cette source d’énergie représente en France 11,2 % de la production totale d’électricité et 51,9 % de la production d’électricité renouvelable, prouvant ainsi qu’elle constitue une source d’énergie de premier plan parmi les sources d’énergie les plus décarbonées et un levier essentiel de développement économique pour nos territoires ruraux, en particulier en zones de montagne.
Mai outre la production d’énergie, les installations hydroélectriques permettent également d’autres usages tels que, l’alimentation en eau potable, l’irrigation des terres agricoles ou la navigation marchande ou récréative. Au total, le marché de l’hydroélectricité a généré 3,6 milliards d’euros en 2016, dont 636 millions d’investissements. La filière représente par ailleurs 11 600 emplois.
Par rapport à ses principaux concurrents, la France dispose d’atouts stratégiques dans le domaine de l’hydroélectricité, puisqu’elle est le 2e producteur européen et le 10e mondial.

     L’examen en commission au Sénat
En dépit de tous ses intérêts, l’hydroélectricité est confrontée à de multiples difficultés. Cette activité pâtit de la faiblesse de son cadre stratégique, fait face à une complexité normative à laquelle s’ajoute une complexité administrative et est soumise à une forte pression fiscale.
C’est donc dans ce cadre que le 31 mars 2021, la commission des affaires économiques a modifié le texte initial par l’adoption de 4 amendements visant notamment à :
- inscrire parmi les objectifs de notre politique énergétique nationale un objectif d’au moins 1,5 GW de capacités installées en matière de capacités installées en matière de stations de transfert d’électricité par pompage (STEP), entre 2030 et 2035 ;
- renforcer les volets de la programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE) en matière de production et de stockage hydrauliques ;
- ajouter à l’état évaluatif des moyens publics et privés mis en œuvre en faveur de l’hydroélectricité un bilan des contrats d’achat et des compléments de rémunération dont bénéficient les installations hydrauliques autorisées ;
- dispenser d’autorisation au titre du code de l’environnement les activités accessoires des installations hydroélectriques ;
- inscrire directement dans la loi un cadrage minimal des règlements d’eau pour les installations hydrauliques autorisées ou concédées ;
- préciser les conditions d’application du principe « silence gardé par l’État vaut acceptation » ;
- appliquer aux installations hydrauliques de moins de 10 mégawatts (MW), nouvelles comme existantes, l’expérimentation de plusieurs souplesses administratives prévue à cet article ;
- compléter le nouveau portail national de l’hydroélectricité par les informations collectées par l’État dans le cadre de l’état évaluatif sur les moyens publics et privés mis en œuvre en faveur de l’hydroélectricité ;
Lors de la séance publique qui a suivi, les sénateurs ont apporté quelques modifications avant d’adopter le texte.

Toute l'information de cette rubrique est dans :
Réseaux VRD
Le seul magazine 100 % Réseaux, à destination des collectivités et du secteur privé.
Découvrir
Acheter un numéro
-------------------- PUBLICITÉ --------------------
À lire également
AEP : suivez le guide
AEP : suivez le guide
Alors que le concept d’or bleu est devenu très concret avec la prise de conscience de la rareté de la ressource, l’eau potable est un sujet que les collectivités mettent en eau des listes de priorité. Pour les aider dans leurs démarches, l’Amorce a édité un ouvrage de référence faisant résonner ensemble le thème des élus, de l’eau et de la transition énergétique.
Géothermie : le forage multi-drains à Vélizy est un succès !
Géothermie : le forage multi-drains à Vélizy est un succès !
Nous vous avions parlé du forage en cours… bien, cette fois, ça y est, il est terminé et c’est une réussite ! Le forage géothermique à Vélizy-Villacoublay  est une première européenne qui va alimenter le réseau de chaleur de la ville à 66 % d'énergie renouvelable
En Auvergne-Rhône-Alpes, la mobilité électrique poursuit sa montée en puissance
En Auvergne-Rhône-Alpes, la mobilité électrique poursuit sa montée en puissance
Le véhicule électrique est l’un des éléments de la mobilité durable de demain. Pour réussir ce pari, il est indispensable de fournir aux utilisateurs des infrastructures de recharge adaptées. Dans le cadre du Programme d’investissements d’avenir (PIA), l’Ademe participe au programme de soutien mis en place par le gouvernement et destiné aux collectivités territoriales souhaitant installer des bornes de recharge publiques sur la voirie. Bilan après 5 ans de soutien.
Xavier Piechaczyk nommé à la présidence du directoire de RTE
Xavier Piechaczyk nommé à la présidence du directoire de RTE
Le conseil de surveillance de RTE, réuni le 31 juillet 2020, a nommé Xavier Piechaczyk au poste de président du directoire de RTE, après l’accord de la ministre de la Transition écologique puis la vérification par la Commission de régulation de l’énergie (CRE) des conditions d’indépendance fixées par le code de l’énergie.
Auvergne-Rhône-Alpes : 139,2 M€ investis par l’agence de l’eau en 2020
Auvergne-Rhône-Alpes : 139,2 M€ investis par l’agence de l’eau en 2020
En 2020, l’agence de l’eau Rhône Méditerranée Corse s’est fortement mobilisée pour soutenir les investissements en faveur de l’eau et de la biodiversité, freinés par la crise sanitaire. Ce sont 1 197 projets portés par les collectivités, entreprises, agriculteurs et associations pour améliorer la qualité des eaux et des milieux aquatiques qu’elle a ainsi financé dans la région à hauteur de 139,2 M€.
Le Smart territoire, entre omniscience et fluidité
Le Smart territoire, entre omniscience et fluidité
Les Smart Territoires, tout le monde en veut, tout le monde en parle. Mais est-ce qu’un capteur sur un réseau suffit à faire d’un territoire « à l’ancienne », un Smart Territoire ? Est-ce aussi simple. Y a-t-il d’autres enjeux ? Voici quelques éléments de réponse.
L'hydrogène européen prend corps
L'hydrogène européen prend corps
La construction de la Dorsale européenne de l'hydrogène est un levier de choix pour faciliter la demande européenne d’hydrogène de 2300 TWh en 2050.
Tous les articles RÉSEAUX VRD
Inscrivez-vous aux Trophées de la Distribution de Matériels
Construction Cayola est un site du Groupe Cayola.