Découvrez nos magazines
Formules print et numériques (à partir de 8,90 €)
Accès abonnés ✒ Nos offres magazines Voir nos offres
Menu

RÉSEAUX VRD
VIDÉOS
BÂTIMENT
ENVIRONNEMENT
INFRASTRUCTURES TP
MATÉRIELS
RAIL
RÉSEAUX
TERRASSEMENTS & CARRIÈRES

Une campagne de sensibilisation au risque bruit dans le BTP

Partager :
Une campagne de sensibilisation au risque bruit dans le BTP
Par la rédaction, le 19 mars 2020
✉ Découvrez notre newsletter gratuite Réseaux VRD
-------------------- PUBLICITÉ --------------------
« Contre le bruit, j’agis » : l’OPPBTP a lancé une campagne de sensibilisation nationale pour éviter le bruit dans le BTP. Une mobilisation qui répond à ce risque majeur que représente le bruit sur les chantiers.

L’OPPBTP a lancé à l’occasion de la journée nationale de l’audition, le 12 mars dernier, une campagne nationale afin de sensibiliser et d’accompagner les professionnels du secteur du BTP face à ce risque majeur. Intitulée « Contre le bruit, j’agis », cette campagne d’affichage rappelle l’importance des actions collectives pour éviter le bruit et présente une action particulière en partenariat avec 9 fabricants d’équipements de protection individuelle. Cette campagne est aussi l’occasion de délivrer davantage d’informations sur ce sujet et d’aider les encadrants et les opérateurs à adopter les bons réflexes.
Avec plus de 64 % des salariés concernés par les nuisances sonores en 2017, le bruit est omniprésent dans le BTP. Parfois négligé sur le chantier, ses conséquences sur la santé des opérateurs sont pourtant bien réelles. Consciente de cet enjeu, la profession se mobilise pour rappeler que de nombreuses solutions de prévention existent et en faciliter l’accès.

Valoriser et faciliter l’accès aux protections individuelles contre le bruit (PICB)
Pour protéger au mieux les professionnels, l’OPPBTP rappelle les grands principes de prévention à mettre en œuvre. Après avoir évalué les risques sur le terrain, les entreprises disposent de nombreuses mesures de protection collective afin d’agir à la source et d’éviter aux opérateurs une exposition nocive. Dans un second temps et si le bruit persiste, des EPI permettent de protéger les collaborateurs des nuisances sonores auxquels ils sont inévitablement exposés. L’évaluation des risques constitue le point de départ de la démarche de prévention et de sa mise en œuvre.

-------------------- PUBLICITÉ --------------------
Un : évaluer les risques 
Établir un diagnostic en amont permet de définir ensuite les mesures nécessaires à la protection des opérateurs. L’employeur doit donc identifier les postes de travail les plus exposés et les équipements qui représentent les principales sources de pollution sonore. Pour cela, il lui faut caractériser les sources de bruit, distinguer les bruits continus des bruits impulsifs, réaliser des mesures à l’aide d’un sonomètre et prendre en compte la durée moyenne des travaux concernés par les nuisances. Des outils d’évaluation et plan d’action sont proposés sur le site preventionbtp.fr. 

Deux : choisir le bon matériel 
À partir du diagnostic établi, la première mesure à mettre en place est d’agir à la source du bruit, en le prenant en compte parmi les critères d’achat lors de l’investissement matériel. Ainsi, l’Organisme recommande de s’équiper des outils dotés des meilleures performances acoustiques en s’appuyant sur les indications données par le fabricant, figurant sur la notice et l’étiquetage. De plus, certains types d’équipement sont à privilégier. Par exemple, les machines thermiques ou pneumatiques peuvent être remplacées par des électriques, moins bruyantes. Il est également possible de réaliser des encoffrements de certaines machines afin de les isoler acoustiquement. Si malgré ces précautions, les opérateurs sont toujours soumis à une exposition au bruit supérieure au seuil de nocivité de 81 dB, il devient alors essentiel de les équiper de protections individuelles.
Bouchons d’oreilles, coquilles antibruit, casques antibruit électroniques… devant la grande diversité d’EPI existants, la campagne « Contre le bruit, j’agis » vise à accompagner les professionnels dans leur choix et favoriser l’accès à un équipement adéquat. Ainsi, l’OPPBTP s’est rapproché de 9 fabricants et distributeurs partenaires, 3M, Cotral, Earsonic, Auditech-Innovation, Interson, Uvex, MSA, Delta Plus et groupe RG, de manière à permettre aux entreprises de bénéficier d’offres promotionnelles exclusives, toujours dans le but de faciliter l’acquisition d’EPI. 

Trois : adapter l’organisation du travail et de l’activité 
L’Organisme insiste notamment sur le fait qu’une surprotection est inutile, voire contre-productive. « Il est important de déterminer l’atténuation acoustique adéquate, en fonction de la tâche effectuée et de l’environnement de travail dans lequel évolue l’opérateur. Dans le cas contraire, celui-ci risque de ne plus rien entendre autour de lui et de ne plus pouvoir communiquer avec ses collègues, ce qui le dissuaderait de porter l’EPI », précise Mohamed Trabelsi, responsable du domaine EPI à la direction technique de l’OPPBTP. 
Il convient également d’organiser le travail de manière à réduire autant que possible le temps d’exposition au bruit des opérateurs. Pour cela, il faut distinguer physiquement sur le chantier les opérations les plus bruyantes de celles qui ne le sont pas. Une planification des tâches peut également permettre aux salariés d’alterner entre activités bruyantes et calmes pour éviter une surexposition. Cette réflexion organisationnelle bénéficie ainsi non seulement à la santé des collaborateurs, mais également à la productivité sur le chantier. 

Le bruit, un risque majeur encore trop souvent oublié 
Une exposition prolongée au bruit peut occasionner une perte auditive irrémédiable ainsi que d’autres risques associés, tels que de la fatigue, du stress, des troubles de l’équilibre ou, encore, des troubles cardio-vasculaires. Dans le BTP, secteur particulièrement exposé aux nuisances sonores, il altère également à court terme la vigilance et la concentration, augmentant ainsi le risque d’accidents. « Le bruit est parfois négligé dans le secteur du BTP, car il est déjà très exposé à de nombreux autres risques, souvent perçus comme prioritaires. Par ailleurs, les professionnels ont tendance à minimiser le risque lié au bruit, car ses conséquences sur la santé n’ont pas d’effet immédiat. Malheureusement, la perte auditive est déjà réelle et irrémédiable lorsque les personnes touchées commencent à se rendre compte des difficultés qu’ils rencontrent, d’où l’importance de mettre en place des mesures préventives », commente Antoine Hauter, médecin du travail.

Logo de la campagne lancée par l'OPPBTP. /DR
  Le zapping de la semaine
+ de vidéos BTP ça tourne
Le flash info du BTP
À lire également
Valence accueille les Rencontres régionales de l’eau et de l’assainissement
Valence accueille les Rencontres régionales de l’eau et de l’assainissement
Pour sa 18e édition, plus de 160 acteurs régionaux publics et privés seront réunis le 2 octobre prochain à Valence, à l’occasion des Rencontres régionales de l’eau et de l’assainissement. Organisée par les Canalisateurs du Sud-Est, la réunion a choisi cette année d'aborder le thème de la transition écologique et ressource en eau pour mettre en place une gestion durable.
Socotec ouvre son CFA
Socotec, spécialiste de l'inspection et de la certification dans la construction et les infrastructures, ouvre ce jour son premier CFA d'entreprise.
Un partenariat pour faire avancer la filière gaz renouvelable
Un partenariat pour faire avancer la filière gaz renouvelable
Un partenariat pour le développement d’une solution de stockage temporaire de biométhane s’est conclu sur le salon Biogaz entre Azola et GRDF. Nommée Azola Grid, elle permettra de stocker le gaz vert sous forme liquide tout en étant directement connecté au réseau de distribution pour une meilleure flexibilité dans la gestion des réseaux gaziers.
Wacker Neuson dégaine la mini pelle électrique EZ17e
Wacker Neuson dégaine la mini pelle électrique EZ17e
Wacker Neuson signe une mini pelle électrique à la technologie de batterie développé en interne, offrant une gestion de la recharge flexible et une puissance incontestable.
A Bordeaux, sur le chantier de la plus grande centrale solaire urbaine d’Europe
A Bordeaux, sur le chantier de la plus grande centrale solaire urbaine d’Europe
Avec une puissance installée de 59 MW, la centrale de Labarde sera la plus grande centrale solaire urbaine d’Europe. Elle s’étendra sur plus de 60 hectares et produira 75 GWh/an, l’équivalent de la consommation électrique hors chauffage de 70 000 habitants, soit 28 % de la population bordelaise.
Unboxing du smartphone Caterpillar S62 Pro
Unboxing du smartphone Caterpillar S62 Pro
Il vient juste d'arriver à la rédaction et voilà déjà son Unboxing : le S62 Pro de CatPhone. Cette 3e génération du haut de gamme de la marque embarque un tout nouveau capteur thermique Lepton 3.5 de chez Flir.
Le Sycabel lance un site dédié au RPC
Le Sycabel lance un site dédié au RPC
Pour accompagner la mise en œuvre du RPC, le Sycabel vient de mettre en ligne un site internet www.RPC-cables-info.fr qui s’adresse aux installateurs et bureaux d’études afin de les guider pas à pas dans l’application de ce « Règlement Produits de Construction appliqué aux câbles »
Tous les articles RÉSEAUX VRD
Tous nos magazines
Accéder au kiosque
Événements
Salonvert
22 Septembre 2020
Congrès IDRRIM 2020
29 Septembre 2020
Salon Des Professionnels de l’Amiante
29 Septembre 2020
+ d'événements
Emploi
- Démolisseur / Démolisseuse
- Responsable de projet BTP
- Conducteur / Conductrice de travaux
- Responsable de projet BTP
+ d’offres
Applications
Construction Cayola est un site du Groupe Cayola.