Certaines fonctionnalités de ce site reposent sur l’usage de cookies.
Les services de mesure d'audience sont nécessaires au fonctionnement du site en permettant sa bonne administration.
ACCEPTER TOUS LES COOKIES
LES COOKIES NÉCESSAIRES SEULEMENT
CONNEXION
Valider
Mot de passe oublié ?
Accueil > Actualités > Réseaux VRD > L'hydrogène, un intérêt commun européen
RÉSEAUX VRD

L'hydrogène, un intérêt commun européen

PUBLIÉ LE 28 NOVEMBRE 2023
S. B.
Archiver cet article
L'hydrogène, un intérêt commun européen
La Commission Européenne reconnaît les projets hydrogène et COde GRTgaz comme « Projets d’Intérêt Commun ». Elle a sélectionné cinq projets de GRTgaz pour le transport d’hydrogène pour une labellisation en tant que « Projets d’Intérêt Commun » (PIC).


HY-FEN, MosaHYc, RHYn, DHUNE et WHHYN sont 5 projets de GRTgaz qui ont retenu l’attention de l’Europe dans l’optique du développement de l’hydrogène. De plus, le projet BarMar, mené par GRTgaz au sein du consortium H2Med, a également été choisi ainsi que quatre autres projets liés au transport de CO2, où GRTgaz joue un rôle de partenaire. GRTgaz tisse un réseau de transport d’hydrogène européen, connectant France, Belgique, Allemagne et Espagne. Le label "Projets d’Intérêt Commun" (PIC) est une reconnaissance de leur rôle dans l’atteinte des objectifs climatiques de l’UE. De plus, ce label PIC pourrait ouvrir l’accès à des financements du fonds CEF ( Connecting Europe Facility) favorisant l’avancement de ces projets.
 
Les projets MosaHYc et RHYn préfigurent le corridor franco-allemand
MosaHYc vise à mettre en place le premier réseau hydrogène transfrontalier par la conversion de canalisations de gaz entre la Moselle et la Sarre. Il accompagnera la décarbonation de l’industrie lourde (notamment la production d’acier). GRTgaz et ses partenaires visent une mise en service du projet en 2027. Le projet RHYn, dans la région du Rhin supérieur, participe à la décarbonation des industries d’Alsace (France), du Bade-Wurtemberg (Allemagne) et de la région de Bâle (France-Suisse).
 
Le corridor franco-belge, incorporant WHHYN (Wallonie Hainaut Hydrogen network) et DHUNE (Dunkirk Hydrogen Universal Network), jouera un rôle crucial en connectant la Mer du Nord, Dunkerque, la Belgique et les bassins hydrogène de la région parisienne et du Grand Est.
DHUNE se concentre sur la décarbonation de la zone industrielle de Dunkerque et prévoit une extension vers la Belgique. WHHYN, quant à lui, prend naissance dans une zone transfrontalière fortement industrialisée, avec des plans d’expansion vers la région parisienne et les vallées hydrogène franco-allemandes.
 
HY-FEN est un projet de liaison hydrogène Sud-Nord entre Marseille et Obergailbach, à la frontière allemande
Il connectera le potentiel de production d’hydrogène de la péninsule ibérique aux principaux bassins de consommation et de stockage en France et en Allemagne, en intégrant des sites stratégiques de stockage le long de son parcours.
 
Enfin, BarMar, partie intégrante du corridor H2Med, est un projet franco-espagnol visant à développer une canalisation sous-marine entre Barcelone et Marseille. Ce pipeline, d’une capacité de 2 millions de tonnes d’hydrogène par an, renforcera non seulement le transport mais aussi l’accès aux options de stockage, liant efficacement la péninsule ibérique au réseau central européen.

 
Des projets de transport de CO2 sélectionnés dans lesquels GRTgaz est partenaire
GRTgaz est également associé à des projets de décarbonation de l’industrie grâce au développement de la solution de captage, transport, valorisation ou stockage du CO2.
Le CCUS (Carbon Capture Utilization and Storage) nécessite un réseau de transport performant pour acheminer les très grandes quantités de CO2 de leur lieu de captage à leur lieu de valorisation ou de stockage géologique. C’est à ce niveau qu’intervient GRTgaz en déployant des infrastructures de transport dédiées et adaptées.
4 projets dont GRTgaz est partenaire ont été sélectionnés au guichet européen « Projects of Common Interest » dans les zones de Dunkerque-Vallée de la Seine, Saint Nazaire et Fos-sur-Mer, qui concentrent de fortes émissions industrielles.
PARTAGEZ
À LIRE ÉGALEMENT
Les réseaux hydrogènes passent une étape
Les réseaux hydrogènes passent une étape
Lhyfe pour de l'hydrogène vert
Lhyfe pour de l'hydrogène vert
Aéroport de Paris mets les gaz sur l'hydrogène
Aéroport de Paris mets les gaz sur l'hydrogène
Le plan eau, une goutte d’eau dans l’océan des manques ?
Le plan eau, une goutte d’eau dans l’océan des manques ?
Tous les articles Réseaux VRD
L'essentiel de l'actualité de la construction
Ne manquez rien de l'actualité de la construction !
Inscrivez-vous ou abonnez-vous pour recevoir les newsletters de votre choix dans votre boîte mail
CHOISIR MES NEWSLETTERS