Certaines fonctionnalités de ce site reposent sur l’usage de cookies.
Les services de mesure d'audience sont nécessaires au fonctionnement du site en permettant sa bonne administration. Vous avez cependant la possibilité de vous opposer à leur usage.
REFUSER
ACCEPTER
[ GRAND FORMAT ]

Opération RVB au PN 48

Avant l’intervention programmée d’une suite rapide entre Chartres et Le Theil, SNCF Réseau a mandaté TSO pour réaliser des travaux préparatoires dont le renouvellement du passage à niveau 48. Une opération menée tambour battant que BTP Rail a suivie de près.
Dans le cadre de son programme de régénération de voies, SNCF Réseau (maîtrise d’ouvrage, maîtrise d’œuvre, logistique et sécurité) a mandaté TSO pour réaliser les travaux préparatoires d’un important chantier de renouvellement de voies sur la ligne Chartres-Le Mans. But de l’opération : d’une part, supprimer dix appareils de voies et d’autre part, renouveler le passage à niveau 48 (PN48) situé à quelques encablures de la gare de Condé-sur-Huisne (61). Rendez-vous pris, nous retrouvons Christophe Chauvin, Adjoint à la Pilote d’Opérations (détaché par Ikos Consulting) sur la base arrière de La Loupe : « Ce chantier se situe dans un contexte de suite rapide qui se déroulera du mois d’avril au mois d’août sur 64 km, entre les gares du Theil et Chartres. Des travaux préparatoires nécessaire pour que la suite rapide dispose d’un maximum de linéaire » prévient Christophe Chauvin. En effet, si un train usine peut effectuer les travaux rapidement sur des zones de voies courantes et sur de longue distance, il n’est pas en mesure de traiter les points particuliers que sont les zones d’appareils de voies. Ces derniers sont donc souvent intégrés à des chantiers annexes (voir encadré), ou font l’objet d’opérations coup de poing (voir BTP Rail 46). C’est dans ce contexte qu’a été intégré les travaux de renouvellements du PN 48.
Après la mise à nue de la plateforme et la sous-couche de ballast est mise de niveau, sur les indications des relevés topo puis compactée.
Réduire l’impact des travaux
L’intégration de cette opération à cette campagne hivernale est dû à son emplacement particulier, comme le précise Christophe Chauvin : « le PN 48 dessert trois habitations et un restaurant, or les travaux de la suite rapide sont programmés sur 4 semaines… Fermer le seul accès à ce restaurant pendant son pic d’activité était tout simplement inenvisageable. Le fait de traiter ce PN en hors suite permet de réduire la durée de fermeture à deux semaines ». Une occasion donc pour renouveler les deux voies de ce PN tout en remplaçant l’ancien platelage en bois datant des années 70 « Nous renouvelons tout le linéaire entre Le Theil-la-Rouge et Chartres ce qui intègre le PN 48 » poursuit Christophe Chauvin. Pour mener à bien ce chantier hors suite, près de 50 compagnons ont été mobilisés pour traiter les 72 m (36 m par voie). Des travaux effectués de nuit pendant l’interruption nocturne du trafic, imposant un rendu des voies à 5h30. Après les opérations de tronçonnage des rails et de dépose des voies par panneaux, l’ancien ballast est enlevé à l’aide de deux pelles rail-route ACX24RR maniées de mains de maître par « Shrek » et « Blondin » : « les deux pelleurs sont vraiment très bons sur toutes les phases du chantier » confie l’un des opérateurs sur place. Une opération de terrassement, qui assure le dégarnissage de la plateforme sous traverse. Après le compactage du ballast neuf, les nouveaux panneaux de 12 m, préalablement préparé sur la base arrière de La Loupe sont installés. « La préparation en base arrière est primordiale pour que l’on puisse tenir les délais et rendre les voies à l’heure. Après assemblage, les panneaux sont marqués et rangés sur le train travaux dans l’ordre du calepinage préalablement établi » indique Youssef Chouai RLT SNCF Réseau. A noter que ces derniers intègrent des rails « mannequin ». Solution utilisée pour dimensionner les panneaux et qui seront remplacés lors d’une opération de RR programmée la nuit suivante.
L’acheminement et le positionnement des panneaux de 12 m sont assurés par les deux pelles rail-route ACX24RR. Préparés sur la base arrière, ils sont constitués de traverses béton et de rails mannequins.
10 jours de gagné
Après ballastage, la bourreuse entre en action suivi d’un stabilisateur pour effectuer une stabilisation dynamique partielle. En fonction du tonnage requis, cette opération est réalisée d’ordinaire par la circulation des trains commerciaux et/ou du train travaux. « Dans le cas présent, l’utilisation du stabilisateur a été conditionné par les délais et par le tonnage requis pour cette stabilisation (100 000 tonnes après mise à hauteur). Atteindre ce tonnage uniquement avec les circulations commerciales, à raison de 10 000 tonnes de circulation/jour, aurait allongé la fermeture du PN48 et retardé la suite des opérations (RR, libé, NC, finitions) de 10 jours » poursuit Christophe Chauvin. Si les travaux interdisent temporairement la circulation des véhicules, un passage piéton provisoire est installé à l’aide de panneaux du fabricant Strail. « Le choix d’un platelage neuf du fabricant Strail par SNCF Réseau s’inscrit dans la continuité des travaux effectués sur le tronçon Le Mans – La Ferté Bernard. Dans le cadre de la Suite Rapide, il a été fait dans un souci d’homogénéité afin de faciliter la maintenance sur la ligne 420 000 (Paris-Brest) » conclu Christophe Chauvin.
En attendant la réouverture définitive du PN, la circulation piétonne est assurée par l’installation d’un platelage Strail.
Des rails déposés mais pas jeté
Bien que certains rails aient été remplacés dans les années 2000, la majorité date des années 70 et sera remplacé à l’occasion des travaux de suite rapide. Pour autant ils ne sont pas destinés à être jeté. « SNCF Réseau s’inscrit pleinement dans une démarche environnementale, nous essayons donc de réemployer au maximum les constituants de la voie » indique Christophe Chauvin. Dans ce cadre, l’équipe étudie la possibilité de réemployer les rails sur des lignes type Fret, LDFT, etc. Dans le cas contraire, ils sont envoyés en aciérie pour être refondu et produire des rails verts baptisés GreenSteel. « Nous essayons au maximum de mettre en place des rails neufs issus du recyclage dont l’impact carbone est des plus réduit avec 90 % de CO2 en moins que des rails classiques » précise Christophe Chauvin. Le ballast est quant à lui remplacé par du ballast neuf, et comme le rail est valorisé (pour ce qui n’est pas réemployable en voie ferrée) en étant trié ultérieurement sur la base arrière. A noter qu’une boucle de criblage retraitement pour réemploi est prévue dans le cas de la Suite rapide.
Après le passage de la bourreuse (Framafer 108-32) le ballast est stabilisé dans la foulée avec le passage d’un stabilisateur (DGS 62 N Plasser et Theurer).
10 AdV supprimé
La suppression des appareils de voies non circulés selon les itinéraires d’aujourd’hui rentre dans le cadre de la politique de rationalisation de SNCF Réseau. Dans le cas présent, le précédent chantier qui s’est déroulé à La Loupe a été l’occasion pour remplacer 4 appareils de voies et pour en supprimer 3. « Cette nouvelle campagne à Condé-sur-Huisne intègre la suppression de 10 appareils sur 3 gares : 3 à Courville-sur-Eure, 3 à Condé-sur-Huisne et 4 au Theil ». Christophe Chauvin.

Frédéric Burguière - 16/03/2023
Textes, photos et vidéos : tous crédits Groupe Cayola (sauf mentions contraires)