Découvrez nos magazines
Formules print et numériques (à partir de 8,90 €)
Accès abonnés ✒ Nos offres magazines Voir nos offres
Menu

RAIL
VIDÉOS
BÂTIMENT
ENVIRONNEMENT
INFRASTRUCTURES TP
MATÉRIELS
RAIL
RÉSEAUX
TERRASSEMENTS & CARRIÈRES

Supply-chain ferroviaire: un aller simple pour la digitalisation

Partager :
Supply-chain ferroviaire: un aller simple pour la digitalisation
Par CB, le 6 octobre 2017
✉ Découvrez notre newsletter gratuite Rail
-------------------- PUBLICITÉ --------------------
Dans un contexte de libéralisation des modes de transports et de pression permanente sur la qualité de service et les coûts, l’avenir du secteur ferroviaire doit passer par une solution de rupture : à savoir la digitalisation de ses chaînes logistiques et, en premier lieu, l’adoption d’un standard d’identification commun à l’instar de l’étiquette logistique GS1 issu de la grande distribution.

Avoir depuis son smartphone la vision complète du cycle de vie d’un équipement, optimiser les processus logistiques de centaines de milliers de références, créer les conditions d’émergence de stratégies de maintenance prédictive, voilà quelques-uns des enjeux abordés lors d’une matinée de travail initiée par l’organisme de normalisation GS1 sous l’impulsion des entreprises SNCF et Alstom. Pour ce premier évènement dédié à la digitalisation de la supply-chain ferroviaire, les participants ont pu écouter les retours d’expériences d’acteurs du rail ayant choisi le standard international GS1 (gravé sur le composant ou à l’aide d’une puce RFID) pour l’identification et le suivi des pièces lors des opérations de fabrication, de maintenance et de réparation et ce, tout au long de leurs cycles de vie. « Il faut installer des processus automatisés et digitalisés pour répondre à une concurrence automatisée et digitalisée » explique Dominik Halbeisen, responsable supply-chain CFF. La compagnie de chemins de fer fédéraux a en effet entrepris depuis peu un vaste programme d’identification de l’ensemble de ses équipements. Pour cela, « nous avons utilisé les épaules des géants, à savoir ce qui existe déjà comme les numéros d’identification GIAI (Global Individual Asset Identifier) du standard GS1 utilisés de longue date dans la grande distribution et plus récemment dans l’aéronautique ». Même son de cloche pour la SNCF et Alstom qui ont noué un partenariat en vue de créer le « TGV du futur », soit un TGV de 5e génération moins cher à produire (–20 %), plus capacitif (+20%), plus économe (–25 %) et avec des coûts de maintenance réduits (–30%). « Pour redonner un équilibre financier à nos lignes de TGV qui sont confrontées à la concurrence des bus interrégionaux et des compagnies aériennes low-cost, il faut réduire de façon drastique nos coûts et nos délais de fabrication. Pour y parvenir, nous devons nous appuyer sur un langage commun de marquage des données impliquant tous nos fournisseurs » explique Pascal Desaunay, le directeur du programme TGV 2020. Les obstacles sont cependant légions, et ce souhait pourra rester vœu pieux sans une nécessaire interopérabilité de toute la chaîne logistique, et des outils communs pour l’ensemble des acteurs, qu’ils soient fabricants, fournisseurs, intégrateurs ou opérateurs. « Les fournisseurs sont primordiaux dans la chaîne logistique, car une fois marquée, une pièce l’est une fois pour toute » ajoute Dominik Halbeisen. Et pour les composants déjà en service ?, questionne un participant. « Lors d’opérations de maintenance courantes, les opérateurs en profitent pour ajouter un marquage sur chacun des composants contrôlés », répond le responsable CFF du tac au tac.  On le voir, le chemin de la transition numérique est encore long, mais comme le dit le proverbe « c’est toujours le premier pas qui compte ! ».

A propos de GS1
GS1 est une organisation mondiale, sans but lucratif, qui offre aux entreprises un espace de collaboration où elles se réunissent pour concevoir les standards et solutions qui répondent à des enjeux collectifs sur toute leur chaîne de valeur.
 

©BTPRail
-------------------- PUBLICITÉ --------------------
  Le zapping de la semaine
+ de vidéos BTP ça tourne
Le flash info du BTP
À lire également
Mecateameetings 2019 : un cru excellent !
Mecateameetings 2019 : un cru excellent !
Avec près de 400 participants venus de toute la France et de l’étranger, la 4e édition des Mecateameetings à Montceau-les-Mines a été un franc succès. Avec en prime, les prémisses d’une transformation de la convention d’affaires en véritable salon de l’infra ferroviaire.
Mecateamcluster : on s’était dit rendez-vous dans 10 ans !
Mecateamcluster : on s’était dit rendez-vous dans 10 ans !
Pour sa 10e assemblée annuelle des adhérents, le cluster bourguignon spécialisé dans les travaux et la maintenance des engins ferroviaires a annoncé les projets qu’il portera au cours de l’année 2020. Et ils sont légions !
Les travaux 2020 en Région Nouvelle-Aquitaine
Les travaux 2020 en Région Nouvelle-Aquitaine
SNCF Réseau poursuit l'élan donné au ferroviaire en Nouvelle-Aquitaine avec une enveloppe d’investissement de 325 M€.
Chine : la folie des grandeurs
Chine : la folie des grandeurs
L’Empire du Milieu a construit 968,77 km de rails urbains en 2019, selon un rapport de l'Association chinoise des métros.
Future LGV Marrakech-Agadir : la Chine joue les trouble-fêtes
Future LGV Marrakech-Agadir : la Chine joue les trouble-fêtes
La future ligne de train à grande vitesse (LGV) Marrakech-Agadir attise les convoitises du géant chinois du ferroviaire. Au risque de passer sous le nez de Paris qui est également positionné en coulisse.
[SCOOP] P95T de Colas Rail : un devers de folie
[SCOOP] P95T de Colas Rail : un devers de folie
Œuvrant depuis juin sur le chantier RB/RT de la LGV SEE, le groupement emmené par Colas Rail était rentré dans le vif du sujet lors de notre reportage chantier début septembre. Car il faut avoir les nerfs solides pour engager un train de coupe dans une section présentant un devers de 180 mm, puis filer en courbe sur 580 m avant la restitution impérative de la voie circulable au matin à 120 km/h. Vertigineux !
Ligne des Alpes : une enveloppe de 28,3 M€ est mobilisée
Ligne des Alpes : une enveloppe de 28,3 M€ est mobilisée
Grâce aux apports financiers de l’Etat, de SNCF Réseau et des collectivités territoriales, une enveloppe budgétaire de 28,3 M€ vient d’être débloquée pour les travaux de sauvegarde de la ligne ferroviaire Grenoble – Veynes, dite « ligne des Alpes ».
Tous les articles RAIL
Tous nos magazines
Accéder au kiosque
Événements
Congrès IDRRIM 2020
29 Septembre 2020
Salon Des Professionnels de l’Amiante
29 Septembre 2020
États Généraux de la chaleur solaire 2020
29 Septembre 2020
+ d'événements
Emploi
- Conducteur / Conductrice de travaux
- Ingénieur / Ingénieure calcul de structure
- Manoeuvre bâtiment
- Technicien / Technicienne d'études BTP en génie climatique et énergétique
+ d’offres
Applications
Construction Cayola est un site du Groupe Cayola.