ÉVÉNEMENTS
EMPLOI
Environnement Magazine
CONTACTS
S'ABONNER
SE CONNECTER
BÂTIMENT
ENVIRONNEMENT
INFRASTRUCTURES TP
MATÉRIELS
RAIL
RÉSEAUX VRD
TERRASSEMENTS
EMPLOI-FORMATION
À la une \ INFRASTRUCTURES TP

Ports de Normandie : 61 M€ d'investissements en 2023

Par la rédaction. Publié le 10 février 2023.
Ports de Normandie : 61 M€ d'investissements en 2023
Port de Cherbourg – Plug in here, play offshore ! ®Gaël Arnaud
NEWSLETTERS
Archiver cet article
PUBLICITÉ
2022 fut un bon cru pour Ports de Normandie. En 2023, conformément à son Plan Pluriannuel d’Investissements à l’échelle de ses trois ports, 61 M€ seront investis pour répondre à plusieurs objectifs. Le point sur les chantiers à venir. 

Conforter la position transmanche à l’Ouest du détroit

Passée la phase d’organisation provisoire de ses 3 terminaux transmanche pour faire face au Brexit, Ports de Normandie et ses exploitants portuaires vont poursuivre leurs aménagements. L’objectif : maintenir la fluidité et la sécurité des flux et offrir aux passagers une qualité de service malgré les contraintes liées au Brexit et à la réglementation EES. Sur Cherbourg, c’est le projet de terminal de ferroutage qui va marquer 2023. En janvier, Ports de Normandie a lancé l’appel d’offres afin de sélectionner l’entreprise qui va réaliser le terminal multimodal dont les travaux devraient débuter en septembre. Dès avril, commencera le dévoiement du boulevard maritime afin de libérer l’espace nécessaire à l’installation du terminal. Pour mémoire, la construction de ce terminal bénéficie d’un financement européen
au titre du MIE (Mécanisme pour l’interconnexion en Europe). Le budget initial a été estimé à 7 M€, financés par la Région Normandie, le département de la Manche, la Communauté d’agglomération du Cotentin et l’Europe. Il pourrait sensiblement augmenter d’ici la fin des
travaux.

Toujours sur Cherbourg, le partenariat entre Ports de Normandie et EDF sur l’objectivation des rejets, la modélisation de la dispersion et les solutions d’alimentation électrique des ferries et paquebots se poursuit. En 2023, un bureau d’études sera sélectionné afin qu’il réalise des études techniques détaillées à l’échelle des 3 Ports. Parallèlement, les échanges avec les exploitants et les compagnies ferries vont se poursuivre afin de fixer le modèle économique de cette transition. L’objectif est de débuter les travaux d’aménagement en 2024 sur le Port de Caen-Ouistreham et les années qui suivent, à Cherbourg puis Dieppe.

A Dieppe, le travail sur le projet d’extension du terminal transmanche continue : évaluation environnementale, consolidation de sa viabilité économique et premières études techniques. Selon la vitesse d’avancement du projet, la concertation publique pourrait débuter cette année mais, en tout état de cause, elle ne pourra avoir lieu que lorsque Ports de Normandie sera en mesure de présenter un projet abouti sur lequel le public pourra se prononcer. Enfin, sur le Port de Caen-Ouistreham, le gestionnaire étudie la possible extension du terminal
transmanche. Le calendrier de ce projet dépend de celui de la mise en place de la directive EES. Il pourrait entrainer le déménagement des ateliers ainsi que celui des Phares et balises.

Devenir l’un des acteurs majeurs du développement des EMR en France

La forte dynamique engagée par Ports de Normandie dans ce secteur, va se poursuivre et s’amplifier en 2023 :

• Le hub de stockage et de pré-assemblage des Eoliennes Offshore des Hautes Falaises (Fécamp), installé sur le Port de Cherbourg, va entrer en activité grâce à l’aménagement d’un terre-plein de 15 ha réalisé par Ports de Normandie ainsi qu’une plateforme d’une capacité de 50 t/m2 construite bord-à-quai (6 M€ financés à 100 % par EOHF, qui est la société de projet de EDF pour la construction du parc). Les premiers composants d’éoliennes devraient arriver tout prochainement et le montage des premières éoliennes devrait commencer au 2ème semestre 2023.

• Les entreprises Assosubsea (câbles du Parc offshore de St-Brieuc) et Van Oord (pieux et fondations du champ de St-Brieuc), déjà implantées sur le Port de Cherbourg, vont y poursuivre leurs trafics, rejointes par la société SAIPEM en charge de l’installation des fondations du champ offshore de Courseulles sur Mer.

• En 2023, Ports de Normandie va continuer de préparer l’avenir en examinant les dossiers de candidatures à l’AMI (Appel à Manifestation d’Intérêts) lancé en janvier 2023 pour l’attribution de foncier à de nouveaux projets sur la période 2024/2027.

• Sur le Port de Dieppe, Ports de Normandie va mener des études en vue de l’accueil de la future base de maintenance du champ de Dieppe - Le Tréport. Les premiers travaux devraient débuter fin 2023. Ce projet est localisé dans l’avant-port, au Nord du quai Gaston Lalitte. Il comprend :
- 850 m2 de stockage extérieur
- 900 m2 de bureaux
- 1 000 m2 de hangar
- Un parking pour une cinquantaine de véhicules
- Un ponton pouvant accueillir 3 navires de 30 m

6,6 M€ sont consacrés à ce projet, dont 125 K€ pour la Maîtrise d’œuvre, 125 K€ pour les études de programmation (agitation, géotechniques, topographie) et 260 K€ pour les études environnementales.

• Enfin, Ports de Normandie et Haropa vont élaborer un Schéma éolien flottant normand. Il s’agit de répertorier les besoins portuaires attendus par la filière (stockage/assemblage de flotteurs, réalisation de sous-ensembles de flotteurs, logistique...) et, à titre indicatif, de flécher les zones portuaires ayant les caractéristiques suffisantes pour recevoir ces activités. L’objectif : estimer et mettre en valeur le potentiel du système portuaire normand pour cette filière émergente.

Générer de l’emploi et de la valeur ajoutée

Plaisance

Une nouvelle page s’ouvre pour la plaisance en 2023. Sur le Port de Caen-Ouistreham, les aménagements tant attendus et réalisés par
Ports de Normandie dans l’avant-port (cale de mise à l’eau et parking dédié, pontons d’attente...) devraient permettre de redynamiser l’activité. Les 3 « DSP plaisance » de Caen, Ouistreham et Cherbourg arrivent à échéance fin 2023. Parmi les critères de sélection de ses exploitants, Ports de Normandie a, entre autres, mettra l’accent sur le service client et les nouveaux usages en matière de pratique nautique et de plaisance. Sur Caen et Ouistreham, où le gestionnaire a choisi de réunir les 2 ports de plaisance au sein d’une seule et même concession, on constate une augmentation sensible des pratiques nautiques (voile, kayak, aviron, navette électrique, demandes d’installation de restaurants sur des navires à quai...). On sent bien que cela participe de l’attractivité de ce territoire. Ports de Normandie attend donc de son futur exploitant qu’il permette une meilleure cohabitation avec les activités du port de commerce en régulant et en organisant la pratique nautique sur le canal, par exemple. La DSP sera attribuée en juin prochain.

Sur Cherbourg, il s’agit, par exemple, de la possibilité d’une extension raisonnée du port, à l’Est de Port Chantereyne pour accueillir des grandes unités et offrir de nouveaux services ou bien encore la construction d’une offre destinée à de nouveaux profils (néo-pratiquants, franciliens, entreprises, clientèles externes ...) et/ou de nouvelles pratiques, plus occasionnelles et sans les contraintes de la propriété.
La DSP sera attribuée au mois de septembre 2023. A Caen, le bassin St-Pierre n’a pas été dragué depuis des décennies. L’état des
fonds compromet l’activité nautique et les escales de bateaux de course. Le dragage devrait donc intervenir fin 2023 / début 2024, sous réserve des autorisations suite à une enquête publique à l’automne. Budget : 3 M€, cofinancés par Ports de Normandie et la ville.

Enfin, à Dieppe, l’atténuateur de houle qui protège le port de plaisance est vétuste. Lors de sa création en 1996, le choix avait été fait de construire un ouvrage flottant, guidé par des pieux afin de limiter l’impact sur le paysage. Deux de ses pieux sont aujourd’hui hors d’usage et l’ouvrage ne fonctionne plus qu’avec 4 caissons sur les 7. Une consultation est en cours pour en reconstruire un neuf. Les travaux devraient être réalisés d’ici la fin d’année pour un montant de 3 M€.

Construction et réparation navale

A Cherbourg, Ports de Normandie a prévu de réaliser sur 2023 et 2024 toute une série de travaux pour améliorer le plateau nautique (800 K€) : 
• Aménagement de locaux sanitaires, vestiaire et réfectoire
• Extension du plateau nautique au Sud avec la création de 3 places supplémentaires pour les chalutiers permettant une meilleure séparation des activités
• Installation de bornes de distribution de fluides avec badges (électricité et eau)
• Sécurisation du plateau avec la fermeture du site (portail et clôtures) et la mise en place, à terme, d’une vidéosurveillance
• Changement des câbles qui servent à lever la plateforme du Synchrolift.
Ports de Normandie va également procéder au confortement de la forme de Radoub : mise aux normes environnementales, changement des systèmes de pompage et électriques de la forme et étude sur la réhabilitation des organes structurels de la forme. Budget : 220 k€.

Au Port de Dieppe, des travaux de réfection de maçonneries vont être menés pour un budget de 240 K€.

Pêche 

Les halles à la marée de Dieppe et Cherbourg sont vieillissantes. Ports de Normandie va donc mener une étude en vue de leur reconfiguration. L’objectif est de les moderniser et de mieux les intégrer au tissu urbain qui les environne, tout en tenant compte de la réalité induite par les conséquences du Brexit.

Valorisation du patrimoine foncier

Ports de Normandie travaille à la valorisation économique de son patrimoine foncier, tout en s’assurant que cela génère une activité portuaire supplémentaire :
• Ainsi, la zone d’activité de la Croix Morel devrait être livrée fin 2023. Elle a vocation à servir les activités en support à l’activité du port, et notamment la logistique.
• Réhabilitation de bâtiments :
- Emprise MIM à Dieppe pour 2,5 M€ sur 2023 et 2024
- Bâtiment de la carpente (Nautisub) à Dieppe pour 400 K€
- H8 (loué à Normeca) à Cherbourg pour 800 K€
- Neptune (loué à Sofish et Manche Marée) à Cherbourg pour 1,2 M€ sur 2023 et 2024

Entretien des ouvrages

• Le pont de la Fonderie à Caen : Ce pont tournant métallique dont la construction remonte à 1952, est situé entre le canal et le bassin Saint-Pierre. Avec le renouvellement du quartier de la Presqu’ile de Caen, il constitue un axe de circulation majeur. Il fait actuellement l’objet d’un réhabilitation complète qui se terminera au début de l’été. Budget : 1 M€

• Le pont de Colombelles : Liaison essentielle entre l’Ouest et l’Est de l’agglomération caennaise, il est emprunté par 18 000 véh/j dont 7 % de poids lourds. Ses pannes sont chroniques et entrainent des perturbations de circulation importantes. Il sera donc remplacé par un nouvel ouvrage. Ce dernier constituera le premier lien entre le nouveau quartier de « la Presqu’Ile hérouvillaise » et la ville « historique ». Il permettra de faire cohabiter en toute sécurité les différents usages (trafic piétonnier, cycliste et routier) tout en garantissant une bonne gestion du passage des navires sur le canal. En 2023 : instruction administrative et études techniques avec un démarrage des
travaux en fin d’année. Budget : 20 M€

• Le Barrage Montalivet : fin de travaux de mise aux normes environnementales en 2023 avec, entre autres, l’aménagement d’une passe à poissons. Budget : 2,5 M€
• L’écluse Ouest de Ouistreham : fin des travaux de réhabilitation. Budget : 1,6 M€
• Le pont Colbert à Dieppe : Classé aux Monuments Historiques en 2020, le pont Colbert va faire l’objet d’une restauration complète. Après avoir lancé un appel d’offres pour sélectionner l’entreprise qui va mener ce chantier, le gestionnaire est en train d’analyser les offres des différents candidats et communiquera prochainement sur le scenario retenu ainsi que le budget réévalué.
Rejoignez-nous sur : LinkedIn, Youtube, Facebook et X.
À lire également
11 mars 2024
Les fondations spéciales enfilent des chaussettes Soutenue et accompagnée par Infra2050, Chab Solutions a mis au point une chaussette textile en lieu et place des traditionnels tubes acier. Son extensibilité permet de la placer autour d’une cage d'armature et sa capacité à retenir le béton permet d’éviter les écoulements dans les zones de vide.
Les fondations spéciales enfilent des chaussettes
9 avril 2024
Première Claas ! Pour la première fois, Claas sera présent à Intermat avec la volonté de présenter une gamme de produits adaptés au secteur des TP. Parmi ceux-ci, des chargeuses de 5 à 20 tonnes. Par ailleurs, la décarbonation des machines sera aussi de rigueur.
Première Claas !
8 mars 2024
Sanef rénove le viaduc de Criquebeuf situé sur l’A13 Du 13 mars au 27 septembre, Sanef rénove le viaduc de Criquebeuf, situé sur l’autoroute A13, entre les échangeurs de Criquebeuf (n°20) et Tourville-la-Rivière (n°21), dans les sens Paris > Caen et Caen > Paris.
Sanef rénove le viaduc de Criquebeuf situé sur l’A13
Tous les articles INFRASTRUCTURES TP
Construction Cayola est un site du Groupe Cayola