BÂTIMENT
ENVIRONNEMENT
INFRASTRUCTURES TP
MATÉRIELS
RAIL
RÉSEAUX VRD
TERRASSEMENTS/CARRIÈRES
VIDÉOS
À la uneINFRASTRUCTURES TP

Les machines d'occasion, une sécurité en période critique

Par la rédaction. Publié le 29 août 2022.
Les machines d'occasion, une sécurité en période critique
Les finisseurs d'occasion VÖGELE permettent de goudronner non seulement des autoroutes, mais aussi des ronds-points étroits. (© Surplex)
Newsletters gratuites
Archiver cet article
La construction européenne est sous pression sous le poids des prix exorbitants et du manque de matières premières. Le marché des machines d’occasion profite de telles périodes de restructuration.

Prix en hausse, pénurie de personnel qualifié, Coronavirus, chaînes d’approvisionnement interrompues – le secteur du bâtiment a été durement malmené ces derniers temps. Et maintenant, une vague d’annulations déferle sur le secteur de la construction car les investisseurs et les maîtres d’ouvrage annulent leurs commandes. La situation n’est guère meilleure en ce qui concerne les nouveaux permis : les investisseurs avec une motivation financière continuent certes de passer des commandes ; mais le secteur privé hésite à investir dans la situation incertaine.

La situation est meilleure pour les travaux publics

L’industrie du bâtiment comprend la construction de bâtiments et représente environ trois quarts de l’activité totale de construction dans l’UE. La construction de routes, de conduites et de canaux, de voies ferrées, de ponts et de tunnels font partie des travaux publics. Les travaux publics étant notamment financés par des fonds publics, ils résistent mieux aux crises que le bâtiment. Cela a déjà pu être observé lors de la crise financière et économique des années 2000.

Et les derniers chiffres de l’Ifo Institut (allemand) montrent également que les travaux publics se portent un peu mieux que le bâtiment. En juin, environ 12% des entreprises du bâtiment et 9% des travaux publics ont dû accepter bon gré mal gré des annulations de commandes. En juin, 47% des entreprises du bâtiment et 40% des entreprises de travaux publics ont été touchées par des goulots d’étranglement de livraison. On s’attend à ce que cette problématique perdure encore pendant près de trois trimestres.

La flexibilité en tant que solution

Ce n’est pas seulement vrai dans le secteur du bâtiment : afin de conserver sa capacité d’agir, la flexibilité est devenue le facteur le plus important. Certaines entreprises de construction envisagent de recourir au chômage partiel ou de pallier le manque de personnel en employant des free-lances. En outre, le temps – malgré la situation économique incertaine – est mis à profit pour procéder à des restructurations. Il s’agit notamment de mettre à niveau son parc de machines et de vendre les machines de chantier amorties.

« Lors de ventes aux enchères B2B, on pense tout de suite à l’insolvabilité. Mais de plus en plus d’entreprises optent délibérément pour ce type de vente pour d’autres raisons », explique Ghislaine Duijmelings, membre de la direction et coresponsable du secteur de la construction chez Surplex. « De nombreux clients sont actuellement en cours de restructuration et nous pouvons les aider à obtenir des rendements optimaux. » Surplex est l’une des maisons de vente aux enchères en ligne ayant le plus fort chiffre d’affaires sur le marché des machines d’occasion. Plus de 55.000 machines d’occasion changent de propriétaire chaque année, dont également de nombreuses machines de chantier.

La tendance est à la hausse : le marché des machines d’occasion est en pleine croissance car il offre la flexibilité nécessaire, contrairement au secteur de la construction de machines et d’installations. Ce dernier a du mal à honorer ses carnets de commandes pleins en raison d’un goulet d’étranglement en termes de matériel et les entrepreneurs sont donc confrontés à de longs délais de livraison lors d’un achat potentiel de machines de chantier. Duijmelings : « De nombreuses entreprises s’orientent donc vers le marché des machines d’occasion. En effet, les machines recherchées y sont immédiatement disponibles et souvent encore en très bon état. L’évaluation professionnelle préalable des installations à vendre garantit la transparence ».

La vente de machines assure la liquidité à court terme

Les communes européennes hésitent à inclure des clauses d’indexation des prix dans les contrats en cours ou dans les nouveaux contrats. Ainsi, la participation aux appels d’offres n’est pas particulièrement attrayante pour les entreprises de construction – le risque économique est trop élevé. Mais cela signifie que d’importants bailleurs de fonds disparaissent. Les petites entreprises en particulier sont menacées d’insolvabilité.
La vente de machines qui ne sont plus utilisées crée un capital spontané. Car ce dont l’un n’a pas besoin, l’autre en a besoin.

Le portefeuille de Surplex.com, la maison de vente aux enchères industrielles de Düsseldorf, propose toutes les unités intéressantes pour l’industrie de la construction : des machines de construction standard telles que les pelles hydrauliques et les chargeuses sur pneus, en passant par les machines spéciales pour la construction de routes telles que les finisseurs jusqu’aux systèmes spéciaux tels que les appareils de forage. Sur demande, les installations amorties peuvent être vendues directement à Surplex à des conditions équitables et transparentes. De cette façon, les périodes difficiles peuvent être surmontées à court terme et les prévisions d’effondrement à venir peuvent être envisagées avec fermeté.
Toute l'information de cette rubrique est dans :
BTP Magazine
Le magazine des nouveautés, tendances et stratégies des constructeurs.
Découvrir
Acheter un numéro
S'identifier
S'inscrire
Rejoignez-nous sur : LinkedIn, Youtube, Facebook et Twitter.
À lire également
Agilis (Groupe NGE) sécurise les routes de Belle-Île-en-Mer
8 décembre 2021
Agilis (Groupe NGE) sécurise les routes de Belle-Île-en-Mer Dans le cadre du marché d'entretien des dispositifs de retenue signé avec le Conseil départemental du Morbihan, l’agence Agilis Ouest a sécurisé la route départementale RD30 de Belle-Île-en-Mer.
16 mai 2022
Finalcad lève 10 M€ Finalcad effectue une nouvelle levée de fonds de 10 M$, vouée à accélérer son développement et la digitalisation de la construction. 
Le pont de Châtillon-sur-Loire reprend du service
23 mars 2022
Le pont de Châtillon-sur-Loire reprend du service Après trois dans de travaux, le Département du Loiret vient d'inaugurer le pont sur la Loire entre Châtillon-sur-Loire et Briare, sur la RD 50. Le coût total de l’opération de réparation lourde s’élève à 23 M€.
Tous les articles INFRASTRUCTURES TP
Construction Cayola est un site du Groupe Cayola