Découvrez nos newsletters
Gratuites et spécialisées dans votre secteur
Accès abonnés ✉ Nos newsletters gratuites Je m'abonne
Menu

INFRASTRUCTURES TP
VIDÉOS
BÂTIMENT
ENVIRONNEMENT
INFRASTRUCTURES TP
MATÉRIELS
RAIL
RÉSEAUX
TERRASSEMENTS & CARRIÈRES

Grand Paris : les trois gares du lot T3A à un stade avancé

Partager :
Grand Paris : les trois gares du lot T3A à un stade avancé
Par Julia Tortorici, le 11 octobre 2019
✉ Découvrez notre newsletter gratuite Infrastructures TP
Le lot T3A, confié par la Société du Grand Paris au groupement Horizon, est l’un des premiers lots attribués sur la ligne 15 sud. Ses trois chantiers - Pont de Sèvres, Issy RER, et Fort d’Issy-Vanves-Clamart – sont bien avancés, bien qu’à des stades différents.

La gare de Pont de Sèvres, imaginée par l’architecte Duthilleul, est l’une des gares du Grand Paris Express qui présentent une implantation des plus délicates. Elle doit être construite à 28 m de profondeur en bord de Seine, et s’insère pour partie sous le quai Georges-Gorse. Une proximité avec l’eau qui représente une forte contrainte. En outre, avant le démarrage effectif des travaux en janvier 2018, la RD1 a du être fermée pendant 18 mois pour permettre la déviation d’une quantité impressionnante de réseaux concessionnaires. De mai à août 2019, les équipes d’Horizon ont procédé à l’arrachage des pieux de l’ancien pont de Sèvres provisoire afin de libérer la trajectoire du tunnelier. « Ces 14 pieux mixtes métal/béton/bois ancrés entre 10 et 15 m de profondeur ont été ôtés en cinq mois après la mise en place d’un batardeau constitué de palplanches. Il est actuellement en démontage », nous fait savoir Vincente Fluteaux, chef de projet T3A à la Société du Grand Paris.

Le projet de gare en lui-même porte sur la réalisation de deux grandes boîtes, d’un couloir de correspondance et de deux entrées. « La première phase de la dalle de couverture et des murs périphériques en berlinoise du couloir de correspondance est en cours, poursuit la responsable. Il sera réalisé en sept phases. Nous affinons à ce jour le premier plot et avons attaqué le deuxième ». Avant la construction à proprement parler de la boîte gare, les équipes procèderont dès la mi-octobre à des travaux de renforcement du terrain par la méthode de « soil-mixing ». « La plus grande foreuse d’Europe est attendue ces jours-ci sur le chantier. Equipée d’une tarière creuse, elle sera chargée de forer à 40-50 m de profondeur sur toute la hauteur en injectant du béton à partir de 28 m de profondeur afin d’assurer la stabilité de la boîte. Ces colonnes jointives réparties sur toute la gare représentent entre 4 et 6 mois de travaux. Nous amorcerons ensuite les parois moulées », conclut Vincente Fluteaux.

-------------------- PUBLICITÉ --------------------
Dans un mouchoir de poche

En gare d’Issy RER, à l’ouest du centre-ville d’Issy-les-Moulineaux, dans le quartier Léon Blum, l’ouvrage conçu par Brunet Saunier Architectes s’esquisse tout juste. Il s’articule en trois parties : la partie dite « Emergence » sur laquelle on construit un projet connexe Icade, la boîte gare et le couloir de correspondance. Sa particularité : la boîte principale est creusée au pied d’un immeuble en R+10. « C’est-à-dire que les parois moulées de 1,20 m de large, forées à 40 m de profondeur, sont réalisées à 1,50 m du bâtiment », reprend Vincente Fluteaux. Le génie civil, démarré en janvier 2018, est bien avancé. Les parois moulées, exécutées sur une période de neuf mois, sont achevées. Quant à la dalle de couverture, elle est terminée depuis août 2019, et a laissé place au creusement en taupe de la gare. L’excavation du premier niveau se poursuit, jusqu’à la fermeture de la dalle N-1 pour permettre le passage du tunnelier fin 2021. « Une fois qu’il sera passé, nous reprendrons les terrassements des trois autres niveaux jusqu’au radier situé à 22 m de profondeur », précise la responsable. Depuis août, notons que des travaux de renforcement du terrain sont menés parallèlement avenue Victor Cresson. Ils s’achèveront en septembre 2020 en vue, là aussi, du passage du tunnelier.

28 000 m3 de béton

La gare Fort d’Issy-Vanves-Clamart est sans conteste la gare la plus aboutie du projet Grand Paris Express. Implantée à l’intersection de quatre communes, elle arbore des quais à 26 m de profondeur et affiche plus de 6 000 m² de superficie. Signée de l’architecte Philippe Gazeau, elle présente deux grandes spécificités : elle a été créée sous les voies SNCF du TER et accueillera deux tunneliers respectivement en provenance de l’Ile de Monsieur et de Bagneux. Avec des dimensions de 140 m de long et 26 m de large, et un radier réalisé à 30 m de profondeur, elle est répartie sur trois niveaux dont le -1 constitue le niveau de correspondance avec la ligne N. « Sur ce chantier, entre 85 et 90 % du génie civil est achevé, souligne Gualtiero Zamuner, chef de projet FIVC à la Société du Grand Paris. Ce projet initié en juin 2016 a vu passer des opérations phares comme le ripage de la dalle en août 2017 ». Le creusement en taupe, les planchers, le radier et le couloir de correspondance sont quant à eux terminés depuis juin dernier. « Deux puits sont maintenus ouverts afin d’accueillir l’arrivée des tunneliers Est et Ouest, à l’été 2020 puis à horizon 2021. Pour l’heure, nous sécurisons les sols dans cette optique. La partie Est est terminée. Nous avançons sur la partie Ouest », poursuit-il. La finalisation des planchers est programmée pour 2021 avant le lancement des travaux d’aménagement.

 
Le saviez-vous ?

Il y a un ouvrage de services / gare tous les 800 m pour des raisons de sécurité. Il y a donc un chantier tous les 800 m de lignes. On compte sur la ligne 15 sud une cinquantaine de chantiers en génie civil.

 
 

Une pelle caméléon Liebherr en phase de terrassement sur le chantier de la gare Issy RER. Crédit photo : BTP Magazine
Retrouvez toute l'information "infrastructures TP" dans BTP Magazine.
BTP Magazine, découvrez la nouvelle formule de BTP matériels avec + de professionnels et + de terrains
Consulter le magazine
Offre digitale
à partir de
8,90 €

Je découvre
S'identifier
S'inscrire
  Sébastien teste les lunettes connectées d'Expert Téléportation

Dans ce nouveau numéro de BTP ça tourne, Sébastien teste des lunettes uniques en France.
+ de vidéos BTP ça tourne
Exclu
Copac sur la voie de l’excellence
Créé en 1990, le groupe Copac est passé d’un chiffre d’affaires de 8 millions d’euros en 2010 à 25 millions d’euros en 2019...
À lire également
Les 5e Trophées Eiffel en approche
Les 5e Trophées Eiffel en approche
L'évènement Steel.in 2019 (le 2 octobre à Paris) sera également l'occasion de la remise des 5e Trophées Eiffel, un concours destiné aux professionnels qui récompense les oeuvres réalisées en acier.
3 gares du Grand Paris exposées à l'Ancienne Poste de Versailles
3 gares du Grand Paris exposées à l'Ancienne Poste de Versailles
Dans le cadre de l'exposition Horizons 2030, sur les projets et les ambitions du Grand Paris Express, Architecture-Studio présente trois gares qui seront exposées à l'Ancienne Poste de Versailles.
Grand Paris : les coffrages ont des atouts dans leurs banches
Grand Paris : les coffrages ont des atouts dans leurs banches
Dans la conception du Grand Paris, les coffrages jouent, au même titre que tous les autres matériels, un rôle fondamental dans l’élaboration d’un projet pharaonique qui s’étend sur 600 000 m² de bâti répartis dans 33 quartiers de gares.
Trois lauréats pour transformer la Seine-Saint-Denis d'ici à 2030
Trois lauréats pour transformer la Seine-Saint-Denis d'ici à 2030
Début novembre 2019, le département de Seine-Saint-Denis a lancé une consultation internationale sur les évolutions de son territoire à l’horizon 2030. Quelques mois après, trois équipes lauréates viennent d’être désignées.
Les matériels souterrains du Grand Paris
Les matériels souterrains du Grand Paris
Pour les constructeurs, prendre part au chantier pharaonique du Grand Paris via leurs matériels est une opportunité qui ne se refuse pas. Outre le fait de contribuer à l’élaboration d’un projet à la caisse de résonance nationale, voire internationale, c’est surtout l’occasion de mettre en avant la qualité de leurs machines. A condition, vu le contexte particulier de l’exploitation souterraine, de ne pas négliger la notion de services. « C’est le premier chantier d’infrastructures en Europe et le quatrième au niveau mondial derrière les projets chinois et indien. Un programme titanesque qui devrait redéfinir complètement la mobilité francilienne et désenclaver de nombreux territoires aujourd’hui isolés », résumait il y a peu la Société du Grand Paris (SGP) pour expliquer à quoi correspondaient les travaux engagés dans ce cadre. Rien que pour les lignes de métro et les gares, quelque 25 milliards d’euros vont être dépensés sur une dizaine d’années. Au total, la facture atteindra 108 milliards sur une période de 10 ans, si l’on prend en compte les développements de nouveaux programmes de logements et d’aménagement des quartiers autour des gares. Pour les TP, c’est évidemment une aubaine. « Aujourd’hui, on estime que les travaux du Grand Paris représentent plus de 15 % de l’activité TP en France. C’est dire s’il est important d’y être, d’une manière ou d’une autre », explique ainsi un professionnel. Les constructeurs l’ont d’ailleurs bien compris et c’est la raison pour laquelle beaucoup s’affairent et se réjouissent d’y être représentés. Mais difficile pour autant de s’improviser spécialiste souterrain du jour au lendemain.
Le Grand Paris aux premières loges des évolutions de la géotechnique
Le Grand Paris aux premières loges des évolutions de la géotechnique
Confrontée à des chantiers urbains complexes et à l’influence du numérique sur les techniques de mesure, la géotechnique connaît, depuis ces dernières années, plusieurs évolutions dont certaines stimulées par le Grand Paris Express. 68 nouvelles gares et près de 200 km de tunnels souterrains à creuser pour 2030, le Grand Paris Express est incontestablement l’un des plus grands projets d’infrastructure de France de la prochaine décennie. Avec d’autres projets en cours de réalisation en Ile-de-France tels que des prolongements de lignes RATP et des interconnexions ferroviaires sous maîtrise d’ouvrage de SNCF Réseau, il participe à intensifier l’activité géotechnique ainsi que certaines pratiques.
STAD : du renfort pour le Grand Paris
STAD : du renfort pour le Grand Paris
La société Stad, incontournable dans le monde des fondations, s’est équipée d’une usine de production capable de répondre au surcroît d'activité et aux besoins très exigeants en pièces mécano-soudées lourdes ou volumineuses, engendrés par les chantiers du Grand Paris. Nous avons rencontré Christophe Théodoris, le directeur du développement de l’entreprise, pour en savoir plus sur ce nouvel atout. Depuis plus de 45 ans, le monde des fondations spéciales connaît Stad comme fournisseur de tubes et de poutrelles. La société a su évoluer et s’adapter à la demande en offrant progressivement les différents services demandés par les chantiers : coupe à longueur, raboutage, grenaillage peinture… L’entreprise, très attentive aux mutations du marché, se devait de proposer une réponse à la demande de butons et liernes hors normes, caractéristiques des chantiers du Grand Paris. Un changement du marché français que Christophe Théodoris avait anticipé et en prévision duquel, il a œuvré pour que Stad fasse sortir de terre sa propre usine de production. Un exercice d’équilibriste puisque la double casquette revendeur/fabricant doit pouvoir ménager les intérêts de tous.
Tous les articles INFRASTRUCTURES TP
Nos magazines
Accéder au kiosque
Événements
Assises Européenne de la Transition Énergétique
28 Janvier 2020
Assises Européenne de la Transition Énergétique
Carrefour des Gestions Locales de l'Eau
29 Janvier 2020
Carrefour des Gestions Locales de l'Eau
Biogaz Europe
29 Janvier 2020
Biogaz Europe
+ d'événements
Emploi
- Chargé / Chargée d'affaires BTP
- Projeteur / Projeteuse béton armé
- Chef de chantier
- Manoeuvre bâtiment
+ d’offres
Applications
Construction Cayola est un site du Groupe Cayola.