Découvrez nos newsletters
Gratuites et spécialisées dans votre secteur
Accès abonnés ✉ Nos newsletters gratuites Je m'abonne
Menu

INFRASTRUCTURES TP
VIDÉOS
BÂTIMENT
ENVIRONNEMENT
INFRASTRUCTURES TP
MATÉRIELS
RAIL
RÉSEAUX
TERRASSEMENTS & CARRIÈRES

GNR : les constructeurs du Cisma font leurs propositions

Partager :
GNR : les constructeurs du Cisma font leurs propositions
Par la rédaction, le 17 juin 2019
✉ Découvrez notre newsletter gratuite Infrastructures TP
Face à la volonté du gouvernement de faire évoluer la fiscalité du gazole non routier (GNR), le Cisma s’est présenté à Bercy le 13 juin dernier afin de présenter l’offre de ses constructeurs adhérents pour limiter la consommation de GNR ainsi que les solutions de substitution à son utilisation.

En matière de conversion vers des engins mobiles non thermiques, le Cisma défend une approche en plusieurs étapes, en se limitant à certaines catégories d’engins mobiles non routiers, "pour lesquels l’équation technico-économique de la conversion resterait réaliste et en se concentrant sur les zones urbaines plutôt que l’ensemble du territoire national".

Parallèlement, il indique "l’impérieuse nécessité" de créer des conditions favorables à une telle conversion, non seulement en matière de financement du surcoût lié à l’acquisition d’engins équipés de motorisations alternatives (électriques, hybrides), mais aussi en levant certaines barrières réglementaires et administratives préalablement identifiées par la profession.

-------------------- PUBLICITÉ --------------------
En ce qui concerne les engins mobiles non routiers en version thermique, le syndicat suggère d’inciter, "par l’emploi de nouveaux mécanismes, à l’utilisation de certaines solutions déjà proposées par les constructeurs et reconnues comme efficientes sur le plan énergétique".
 

Crédit photo : BTP Mag
Retrouvez toute l'information "infrastructures TP" dans BTP Magazine.
BTP Magazine, découvrez la nouvelle formule de BTP matériels avec + de professionnels et + de terrains
Consulter le magazine
Offre digitale
à partir de
8,90 €

Je découvre
S'identifier
S'inscrire
  Nouveau test pour Sébastien

Dans ce nouveau numéro de BTP ça tourne, Sébastien teste le Air+ Smart Mask de Itools. Un test sans concession.
+ de vidéos BTP ça tourne
À lire également
Evolis ou la fusion du Cisma et de Profluid
Evolis ou la fusion du Cisma et de Profluid
Jeudi 26 juin, le Cisma et Profluid ont annoncé leur rapprochement et la création d’une nouvelle structure, Evolis, appelée à devenir une nouvelle organisation professionnelle de biens d’équipements. Jean-Claude Fayat en est le président et Pascal Vinzio, le vice-président.
+12 % pour les engins de terrassement en France
+12 % pour les engins de terrassement en France
A l’issue du premier quadrimestre 2019, les ventes d’engins de terrassement en France ont progressé de 12 % par rapport à la même période un an avant. Par segment, les compacts tirent le marché quand les ventes d’engins lourds amorcent une reprise.
Matériels : le marché sur les bases d’un record
Matériels : le marché sur les bases d’un record
A l’issue du premier trimestre, les ventes de matériels atteignent des niveaux encore jamais observés dans l’hexagone avec une progression de 10 % par rapport à l’an passé totalisant ainsi 11 047 unités.
Entretien des chaussées : une technique qui tient la route
Entretien des chaussées : une technique qui tient la route
Pour construire ou rénover les routes, il faut beaucoup de matériaux, et surtout, des granulats. En France, elles en consomment plus de 200 millions de tonnes par an, directement puisées dans les ressources naturelles. Pour pallier aux dégradations structurelles des chaussées, il existe toutefois une technique rationnelle qui consiste à retraiter les chaussées en place à froid à la chaux et/ou au ciment ou aux liants hydrauliques. Des atouts certains pour un procédé qui se révèle être aujourd’hui, économique, durable et écologique.
Chargeuse-pelleteuse : une exception française ?
Chargeuse-pelleteuse : une exception française ?
En l’espace de 20 ans, le marché français du tractopelle a fondu comme neige au soleil, passant de plus de 3 000 unités à la fin du siècle dernier, à 440 ventes fin 2018. Si pour beaucoup de professionnels la chargeuse-pelleteuse n’a plus lieu d’être, pour d’autres elle demeure une spécificité française, voire régionale. Comme une exception culturelle… -10 %, c’est le recul des ventes de chargeuses-pelleteuses en France entre l'exercice 2017 et 2018, passant ainsi de moins de 500 unités à 440 en fin d’année dernière. Depuis 2014, le marché français commercialise 200 unités de moins. Nous sommes bien loin des plus de 3 500 ventes enregistrées sur l’Hexagone au début des années 2000, et bon nombre de professionnels parient sur une nouvelle baisse en 2019. Cette fin de décennie sonne-t-elle le glas du bon vieux tractopelle ? « Plusieurs phénomènes peuvent expliquer cette érosion des ventes de la chargeuse-pelleteuse. Il semblerait bien que le phénomène s’accentue », avance Rudolf Ganzel, responsable des prévisions sectorielles au sein du Cisma. Elle subirait ainsi de plein fouet la mutation du marché, qui lui préfère la midi-pelle ou la chargeuse compacte, plus adaptée à l’urbanisation croissante et aux contraintes d’exploitation sur les chantiers plus enclins à déployer des matériels de faible encombrement. Sans oublier non plus, la difficulté de son utilisation. « En termes d’image, utiliser une chargeuse-pelleteuse n’est pas forcément valorisant pour le chauffeur. En outre, pour utiliser convenablement un « tracto », il faut un chauffeur spécialisé dans les travaux de terrassement », explique Mickael Gasson, responsable marketing chez Case CE. « Nous partons du principe qu’il est difficile de faire bien deux choses à la fois, et que la polyvalence peut aussi être destructrice de spécialisation. Dans notre cas, nous n’avons pas besoin de ce type d’engins, contrairement à certaines régions », explique le concessionnaire Teramat qui entend aussi qu’il existe « des inconditionnels ». Et ces derniers sont quelques-uns à vouer au tracto une certaine « passion ».
Les outils de démolition sous bonne garde
Les outils de démolition sous bonne garde
Le marché des outils de démolition est en bonne santé. Pour preuve, sa légère progression de 2 % par rapport à 2017, caractérisée par la vente de plus de 5 000 unités en 2018, après une forte hausse entre 2016 et 2017. Il ne jure que par des équipements robustes, capables d’affronter le milieu hostile de la déconstruction, lequel impose une sécurité extrême. Le métier de déconstructeur évoluant, des exigences émergent dans le domaine de la protection de l’environnement. En France, 2018 a été plus que jamais favorable à la vente des outils à disposition des déconstructeurs. Si en Europe, les cisailles ferrailles ont connu une hausse des ventes de l’ordre de 51 %, elles bondissent de 110 % entre janvier et octobre 2018. Les pinces de tri suivent la tendance, avec une augmentation de 12 % sur la même période en France. En comparaison, les ventes grimpent de 8 % en Europe. « C’est la typologie de produits sur laquelle on note une forte croissance due à sa polyvalence », observe Daniel Dupuy, directeur commercial et marketing d’Arden Equipment. Le constructeur, qui fait état d’une hausse de 30 % de ses ventes dans la déconstruction, rapporte une progression de 25 % de ses pinces de tri. Chez NPK, « On fait même difficilement face aux délais de livraison » tellement la demande est forte, confesse Thierry Lambert, responsable commercial. Les cisailles universelles et dédiées, quant à elles, font +16 % en France contre 9 % en Europe. « Les chantiers sont de plus en plus hétérogènes, car ils mêlent béton et métal, intervient Stéphane Maiani, responsable R&D d’Arden Equipment. La cisaille universelle permet de limiter les investissements. Elle s’adapte à différentes opérations et l’on peut échanger facilement le type de mâchoires grâce à un ‘body’ commun aux axes démontables. » Enfin, les broyeurs à béton hydrauliques réalisent des croissances respectives, en France et en Europe, de 33 et 9 %. « Le produit le plus demandé de notre gamme reste bien évidemment le BRH, qui a le ratio d’installation sur pelles hydrauliques le plus élevé, indique Mathieu Bourson, responsable des ventes France d’Epiroc. Viennent ensuite la pince de tri qui représente effectivement un marché en pleine progression, les pinces de démolition et broyeurs. » Les broyeurs et crocs à béton sont les produits vedettes pour NPK. « Les ventes explosent, elles doublent, voire, triplent !, s’exclame Thierry Lambert. Un constat dû à la forte volonté des déconstructeurs de revaloriser le béton broyé en place, afin de gagner du temps, et de réduire les coûts de transport des déchets. Certains d’entre eux se spécialisent même dans le recyclage et la revente de béton. » Epiroc ne dira pas le contraire, le constructeur a lancé une nouvelle gamme de godets concasseurs favorisant le recyclage sur chantier.
Mat Environnement n° 92 vient de paraître
Mat Environnement n° 92 vient de paraître
Au sommaire de ce numéro : Un broyeur mobile électrique Tana Shark 440EM chez Smet Location ; Cinq thèmes pour l'édition 2019 des Assises nationales de la biodiversité ; « Le principal enjeu consiste à assurer une traçabilité des déblais »...
Tous les articles INFRASTRUCTURES TP
Applications
Accès au kiosque
Événements
Energaia 2019
11 Décembre 2019
Energaia 2019
RDET 2020
7 Janvier 2020
RDET 2020
Colloque : Etat des lieux de la reconversion des sites pollués et perspectives
23 Janvier 2020
Colloque : Etat des lieux de la reconversion des sites pollués et perspectives
+ d'événements
Emploi
- Chargé / Chargée d'affaires BTP
- Projeteur / Projeteuse béton armé
- Chef de chantier
- Manoeuvre bâtiment
+ d’offres
constructioncayola.com est un site du Groupe Cayola.