ENVIRONNEMENT
★ PAGES SPÉCIALES
TLM 2022
BÂTIMENT
ENVIRONNEMENT
INFRASTRUCTURES TP
MATÉRIELS
RAIL
RÉSEAUX VRD
TERRASSEMENTS/CARRIÈRES

Mafia des déchets : les fédérations professionnelles approuvent le jugement

Mafia des déchets : les fédérations professionnelles approuvent le jugement
Crédit : Stephane Mignon/Flickr
Par la rédaction, le 21 décembre 2021.
Newsletters gratuites
-------------------- PUBLICITÉ --------------------
-------------------- PUBLICITÉ --------------------
Dans le cadre du procès « mafia des déchets » qui s’est tenu du 22 au 25 novembre dernier, le tribunal correctionnel de Draguignan a rendu un jugement que les Fédérations du BTP du Var et des Alpes-Maritimes et l’Unicem SUD Paca/Corse accueillent favorablement.

Ce procès fait suite à une opération d’envergure intitulée « Terres brûlées », menée le 9 juin 2020 par les Parquets de Draguignan et Nice dans une affaire de décharges illégales de déchets de chantiers sur la Côte d’Azur, qui avait mobilisé d’importants moyens par la justice.
 
Les prévenus ont été condamnés pour abandon et gestion irrégulière de déchets en bande organisée, au sens du Code de l’environnement. Ils l’ont été aussi, pour la plupart d’entre eux, au sens du Code pénal, pour escroquerie en bande organisée, menace, ou encore extorsion par violence, contrainte ou menace, blanchiment du produit et exécution d’un travail dissimulé.

Pour les principales fédération du BTP et des industries de carrières, la  "reconnaissance du fonctionnement en bande organisée est novatrice et l’éventail des condamnations est très complet. L’essentiel des réquisitions du procureur de la République a été suivi. Le jugement tient compte des dommages à l’environnement mais également des préjudices causés aux propriétaires dont les terrains ont été dévastés. Il condamne à la fois des sociétés et des personnes physiques".
 
Les personnes physiques ont été condamnées à des peines d’emprisonnement avec sursis probatoire, assorties de différentes interdictions et de l’obligation de réparer. Il leur est retiré le droit de gérer une entreprise pendant cinq ans (voire dix pour l’une d’entre elles) et de se livrer à des activités de transport de déchets.

Quant aux sociétés, elles ont l’interdiction définitive d’exercer dans ces domaines, de percevoir des aides publiques et de soumissionner à des marchés publics pendant cinq ans.

Les matériels et véhicules ayant servi à la commission des infractions ou en constituant le produit ont été confisqués, tout comme les sommes saisies au cours de l’instruction qui serviront à financer les travaux de remise en état des sites polluées. Cette mission de réhabilitation a été confiée à l’Etat aux frais des condamnés qui sont obligés de consigner la somme de 3,28 millions d’euros à cette fin.
 
Pour les trois organisations professionnelles du secteur de la construction qui s’étaient constituées parties civiles, le tribunal a pris en considération leurs demandes en leur accordant réparation au titre de préjudice moral, d’atteinte à l’image et de concurrence déloyale. Elles se félicitent d’un jugement qui met les condamnés hors d’état de nuire à l’environnement, de porter atteinte à l’image des métiers de la construction mais aussi à l’économie locale.
 
Pour Jean-Jacques Castillon, président de la Fédération du BTP du Var, « La Fédération du BTP du Var salue un jugement exemplaire. Je salue également le travail d’enquête de l’UT83-DREAL Paca et d’instruction du dossier mené avec détermination et qui aboutit à un jugement disant clairement que l’on ne peut pas faire n’importe quoi dans la gestion des déchets de chantiers sans encourir le risque de sanctions sévères. Il faut espérer que la leçon soit entendue et fasse réfléchir l’ensemble des acteurs du chantier depuis la maîtrise d’ouvrage et son obligation de traçabilité des déchets, en passant par la maîtrise d’œuvre et son obligation de conseil pour arriver aux entreprises et leur obligation de traitement des déchets dans un cadre réglementaire strict et avec des moyens financiers décents que les bénéficiaires des travaux doivent leur donner. »
 
Pour Frédéric Soulié, président de l’Unicem Paca et Corse, « Au-delà des préjudices reconnus par la justice (atteinte à l’image, concurrence déloyale…), l’aspect le plus important est de faire cesser ces activités de manière définitive ».
 
Pour Patrick Moulard, président de la Fédération du BTP 06 : « Ce jugement est à ce titre exemplaire car il donne une dimension pénale visible à des pratiques qui nuisent tout à la fois à la protection de la nature, à notre économie et à l’image de notre profession ».
 




 
Rejoignez-nous sur LinkedIn, Facebook et Twitter
Toute l'information de cette rubrique est dans :
Mat Environnement
Le magazine des matériels et process. Pour les professionnels confrontés aux respects des législations.
Découvrir
Acheter un numéro
Le Sedif file vers de l'eau ultra pure
Dernier numéro
Mat Environnement
Le magazine des matériels et process. Pour les professionnels confrontés aux respects des législations.
N° 109
Sommaire
Découvrir
S'abonner
Les numéros
Les plus lus
À lire également
Demathieu Bard se lance dans le réemploi avec Cycle Up
Demathieu Bard se lance dans le réemploi avec Cycle Up
Demathieu Bard et Cycle Up, société spécialisée dans le réemploi des matériaux de construction, ont signé un partenariat visant à mettre en place une stratégie de diminution de la production de déchets.
Le Groupe Excoffier lance le chantier de l’écopole haut-savoyard
Le Groupe Excoffier lance le chantier de l’écopole haut-savoyard
Le futur éco-pôle de la Semine, à Chêne en Semine (Haute-Savoie) assurera à partir de 2023 le traitement des déchets d’environ un million d’habitants ainsi que des déchets industriels et du bâtiment.
Des briques à partir de déchets textiles
Des briques à partir de déchets textiles
La fondation du Conservatoire national des arts et métiers (Cnam) a remis le Grand Prix Charles-Henri Besnard à l'entreprise FabBRICK, pour sa solution vertueuse de recyclage des déchets textiles.
De la maroquinerie à base de chambres à air recyclées
De la maroquinerie à base de chambres à air recyclées
La start-up française Saint Lazare propose une gamme d’accessoires de mode, bagagerie et maroquinerie fabriqués en France à partir de matières upcyclées.
Lixo lève 3,5 millions d’euros pour caractériser et tracer les déchets en temps réel
Lixo lève 3,5 millions d’euros pour caractériser et tracer les déchets en temps réel
En juste un an, Lixo a créé une solution d’IA à base de capteurs capable de caractériser les déchets en temps réel et en continu. La start-up annonce une levée de fonds en vue d’accélérer son industrialisation.
Tomra Recycling : Damian Barnes pour l'activité recyclage du métal
Tomra Recycling : Damian Barnes pour l'activité recyclage du métal
Damian Barnes est désormais en charge du développement et du suivi des filières liées au recyclage du métal chez Tomra Recycling.
La start up Waste Marketplace lève 2 millions d'euros
La start up Waste Marketplace lève 2 millions d'euros
La start up Waste Marketplace, qui propose une solution unique pour simplifier la gestion des déchets de chantiers et industriels, vient d'obtenir une levée de fonds de 2 millions d'euros auprès de SMABTP, assureur leader du secteur de la construction.
Tous les articles ENVIRONNEMENT
Événements
PRODURABLE
13 Septembre 2022
Innopolis Expo 2022
20 Septembre 2022
Université de l'autoconsommation photovoltaïque
20 Septembre 2022
+ d'événements
Emploi
- Dessinateur-projeteur / Dessinatrice-projeteuse du BTP
- Manoeuvre bâtiment
- Manoeuvre bâtiment
- Ingénieur / Ingénieure de travaux
+ d’offres
Construction Cayola est un site du Groupe Cayola.