ÉVÉNEMENTS
EMPLOI
Environnement Magazine
CONTACTS
S'ABONNER
SE CONNECTER
BÂTIMENT
ENVIRONNEMENT
INFRASTRUCTURES TP
MATÉRIELS
RAIL
RÉSEAUX VRD
TERRASSEMENTS
EMPLOI-FORMATION
À la une \ BÂTIMENT - GROS OEUVRE

Signature des contrats de transition écologique pour décarboner l’industrie cimentière

Par la rédaction. Publié le 27 novembre 2023.
Signature des contrats de transition écologique pour décarboner l’industrie cimentière
®Mefsin/Sébastien Muylaert
NEWSLETTERS
Archiver cet article
PUBLICITÉ
Un an après leur invitation à l’Élysée, les dirigeants des 50 sites français les plus émetteurs de CO2 se sont réunis mercredi 22 novembre dernier sur le Salon des Maires et des Collectivités Locales à Porte de Versailles, en présence des ministres Agnès Pannier-Runacher, Roland Lescure et Dominique Faure pour signer leurs feuilles de route de décarbonation.

À cette occasion, France Ciment réaffirme son engagement pour une industrie française du ciment décarbonée et compétitive, grâce à un plan d’investissement massif pour développer des ciments bas carbone et capter/stocker le carbone inhérent aux process industriels. « La décarbonation est une opportunité qui engage notre industrie à se réinventer et à renforcer son ancrage dans les territoires, comme maillon fort de la valorisation des déchets et comme moteur d’une nouvelle économie au cœur des régions, créatrice de valeur et d’emplois non délocalisables", souligne Bruno Pillon, président de France Ciment, "le ciment français décarboné a toute sa place dans la transition écologique puisqu’il participera à la construction de bâtiments plus durables et résilients et au développement d’infrastructures de mobilités douces. Aujourd’hui, la signature des contrats de transition écologique marque le point d’orgue d’une réflexion profonde menée par tous les acteurs de la filière pour transformer notre industrie. Nous sommes prêts à construire ensemble l’industrie cimentière de demain ». L’industrie cimentière affiche son volontarisme, avec, pour le scénario ambitieux, une diminution de 59% de ses émissions de CO2 sur les 20 sites concernés par les contrats de transition écologique, et ce, dès 2030. Pour répondre à cet objectif ambitieux, elle mise sur deux volets : l’accélération de la décarbonation des process (recours aux combustibles alternatifs, réduction du taux de clinker…) et le déploiement du captage du carbone inhérent à la fabrication du ciment.
 
Quels leviers, pour quels objectifs ?

Accélérer la décarbonation des process via les leviers déjà existants : améliorer l’efficacité énergétique des process, recourir à des énergies combustibles non fossiles en valorisant les déchets non recyclables des collectivités et industries voisines, et enfin abaisser en cimenterie la teneur en clinker - composant carboné du ciment - en utilisant des substituts (argile calcinée, etc.) = -27 % des émissions pour une tonne de ciment dès 2030. Déployer le captage du carbone inhérent à la fabrication du ciment d’ici 2040 : sur les 10 MT de CO2 émises chaque année par le secteur du ciment, les 2/3 sont inhérentes à la fabrication du clinker (décarbonatation du calcaire). Pour « s’attaquer » à ces émissions, le déploiement des technologies de captage, stockage et valorisation du CO2 (CCS et CCU) est incontournable = -23 % des émissions pour une tonne de ciment dès 2030, pour ensuite atteindre la neutralité carbone en 2050. Pour mener à bien cette trajectoire, et alors que l’Europe déploie sa politique de tarification du carbone, le secteur industriel cimentier aura besoin d’un soutien clair du gouvernement. La filière française du ciment pourrait sinon bientôt se trouver en perte totale de compétitivité face à des importations de ciments décarbonés non européens à bas coût. Ainsi, le secteur attend une réponse du gouvernement sur 3 enjeux : le développement de solutions de financement innovantes adaptées à cette nouvelle donne, le déploiement des infrastructures de transport et stockage du CO2, et l’accès à une électricité décarbonée et compétitive. Cette stratégie de décarbonation doit permettre à l’État de s’assurer des recettes importantes (en raison de l’augmentation des taxes liées aux émissions de carbone du secteur durant la phase de transition) tout en défendant la souveraineté́ industrielle et le développement de compétences dans des technologies de décarbonation stratégiques.
Rejoignez-nous sur : LinkedIn, Youtube, Facebook et X.
À lire également
16 juin 2023
L’Observatoire National des Bâtiments : l’Open Street Map du bâti en France pour la transition énergétique Développé par la société à impact U.R.B.S., l’Observatoire National des Bâtiments (ONB) est une plateforme numérique en libre accès, agglomérant l’ensemble des données du bâti, de manière collective et transparente. Six mois après son lancement, l’ONB compte déjà plus de 10 000 utilisateurs. Son objectif : apporter une connaissance structurée et qualifiée à tous les acteurs du bâtiment dans la prise de décisions et le passage à l’action.
11 mai 2023
REEMPLY : une application de réemploi du BTP qui contribue à la transition écologique Aujourd'hui, le groupe KLC annonce le lancement de sa nouvelle application Reemply. C'est une application de réemploi d’équipements issus des chantiers de déconstruction et de réhabilitation.
REEMPLY : une application de réemploi du BTP qui contribue à la transition écologique
6 juin 2023
Agen développe un écoquartier à proximité du centre-ville La ville d’Agen (47) poursuit son développement territorial. L’EcoQuartier « La Villette », en développement depuis 2020 et jusqu’en 2026, permettra de redynamiser un ancien quartier industriel, réalisant naturellement un prolongement de la ville vers l’Est.
Agen développe un écoquartier à proximité du centre-ville
Tous les articles BÂTIMENT - GROS OEUVRE
Construction Cayola est un site du Groupe Cayola