BÂTIMENT
ENVIRONNEMENT
INFRASTRUCTURES TP
MATÉRIELS
RAIL
RÉSEAUX VRD
TERRASSEMENTS/CARRIÈRES
VIDÉOS
À la uneBÂTIMENT - GROS OEUVRE

Élections présidentielles 2022 : la Filière Béton se mobilise !

Par la rédaction. Publié le 15 février 2022.
Élections présidentielles 2022 : la Filière Béton se mobilise !
Newsletters gratuites
Archiver cet article
Ancrée au coeur des territoires, la Filière Béton se mobilise dans le cadre des élections présidentielles 2022, afin de porter - et ce, pour la première fois - des propositions sociétales et politiques fortes auprès des candidats et de leurs équipes.
 
La Filière Béton est favorable à la RE2020 et est engagée dans une stratégie ambitieuse de réduction de ses émissions, en phase avec la Stratégie Nationale Bas-Carbone (SNBC). La décarbonation du secteur est un process continu puisque les émissions de carbone du ciment ont baissé de 39% entre 1990 et 2018 et la trajectoire fixée prévoit une baisse supplémentaire de 24% d’ici 2030. Des investissements conséquents sont en cours et l’ensemble de la profession travaille sur les innovations de demain, qui permettront d’aller plus loin et d’atteindre -80% en 2050. Il est important de souligner que les efforts consentis aujourd’hui ou demain sont conditionnés à un certain nombre de paramètres pour que l’industrie puisse rester compétitive. La Filière souhaite ainsi que soit reconnue sa trajectoire de décarbonation, de sorte que les matériaux de construction qu’elle propose ne soient pas discriminés. Les propositions formulées par la Filière Béton, dans le cadre de l’élection présidentielle, s’articulent autour de 5 axes : le logement, l’urbanisme, l’économie circulaire, les réseaux et la gestion de l’eau.
 
Le logement : construire plus, mieux et à coût maîtrisé
 
Le principal défi des années à venir est de continuer à construire pour répondre à la demande par des logements de qualité, à un coût maitrisé demeurant accessible aux primo-accédants. La Filière béton demande aux Pouvoirs Publics de prendre des mesures incitatives fortes autour du logement, qui aillent au-delà des 650 M€ prévus pour financer le recyclage des friches urbaines et industrielles, et puissent ainsi faciliter la construction de logements et l’installation d’activités sur des sites déjà artificialisés. Sur le sujet de la sécurité des personnes et des biens, il serait nécessaire d’engager une réflexion avec l’ensemble des filières constructives, visant à élaborer de nouveaux outils, capables de simuler de façon optimale la prévention des incendies et par conséquent améliorer la sécurité des occupants. La RE2020 doit être le reflet de la vie en oeuvre des bâtiments. Elle doit prendre en compte les critères concernant l’intégration dans l’économie circulaire, ainsi que les critères sur la durabilité des ouvrages et leur durée de vie. Enfin, la filière engage à réunir un véritable sommet de la construction qui permette d’associer l’ensemble des parties prenantes à une relance de la construction au-delà des seuls champs de l’habitat social et de la rénovation. La poursuite de l’investissement dans le logement social, aussi bien que la reprise de l’investissement sur les autres segments du marché, doivent passer par une politique fiscale adaptée et de long terme, qui soit incitative pour le neuf. Cela suppose notamment de considérer, comme cela se fait à l’étranger, que l’investissement locatif privé porte sur un bien productif davantage qu’il n’a pour objet un enrichissement personnel, donc hors champ de l’IFI.
 
L’urbanisme
 
Imaginer la ville du futur, c’est libérer l’espace tout en limitant l’étalement urbain, faire face aux aléas climatiques, à une démographie urbaine croissante, au besoin d’un retour à la nature dans les villes. Le matériau béton, dont l’impact carbone est maîtrisé, apporte de nombreuses solutions pour répondre à ces problématiques. La Filière Béton propose de privilégier les solutions béton qui permettent de prévenir la formation des îlots de chaleur tout en répondant à l’ensemble des autres exigences d’une conception urbaine résiliente et durable, grâce à : des solutions de stockage de l’eau en surface (bassins, déversoirs…) ou sur les toits permettant de réintroduire dans la ville des étendues d’eau à l’air libre ; des solutions drainantes et de structures poreuses, qui, en désimperméabilisant les surfaces urbaines, préviennent le ruissellement des eaux pluviales ; des solutions végétalisées, qui permettent de renaturer les surfaces (chaussées, trottoirs, façades et toits de la ville).
 
L’économie circulaire
 
Construire mieux passe par la commande publique, qui se doit d’être exemplaire dans le contenu des cahiers des clauses techniques particulières (CCTP), par des démarches innovantes, et en intégrant l’égalité de traitement entre matériaux ou solutions. La Filière Béton propose d’expérimenter l’introduction dans les appels d’offres publics d’une clause d’économie circulaire comportant : un critère de recours à des matériaux locaux, notamment au moyen de l’élargissement de la notion de clauses d’insertion aux emplois locaux, ainsi qu’un critère de recyclabilité des matériaux. La Filière Béton propose de nouvelles formes de contractualisation avec les villes pour développer des chaînes de valeur locales. Les carrières et installations de transformation se situent principalement en milieu rural. Les unités de production et plateformes de distribution sont implantées dans les zones périurbaines, au plus près des chantiers de construction. Cette proximité limite le transport et donc les émissions de CO2 associées. La Filière Béton propose d’introduire dans les critères de la commande publique un indicateur valorisant le caractère local des produits et des emplois. L’économie circulaire passe par l’économie de la fonctionnalité. La Filière Béton propose une nouvelle vision de la construction avec des ouvrages modulables dans le temps et dont les matériaux sont recyclables. Le béton pourra être recyclé par l’entreprise qui l’aura mis en oeuvre lors de sa déconstruction. La propriété du matériau pourrait rester celle de la maitrise d’oeuvre ou de ses ayant-droits.
 
Les réseaux
 
La rénovation et le développement de nouveaux axes de circulation (routiers, autoroutiers ou ferroviaires) indispensables pour garantir la sécurité, le développement économique, commercial et touristique des territoires, suppose de concilier le respect de l’environnement, du paysage et de la biodiversité et le franchissement d’obstacles naturels ou artificiels. L’apparition de nouvelles mobilités douces et les évolutions technologiques majeures qui s’annoncent conduisent la Filière Béton à innover et proposer des solutions constructives toujours plus performantes. Pour faciliter le développement de modes de transports doux, les agglomérations font évoluer leurs réseaux : voies piétonnes, cyclables, transports en commun en site propre et souhaitent leur consacrer des espaces qui puissent cohabiter avec la circulation automobile. Pour plus de sécurité, l’espace urbain doit être rendu plus lisible en le structurant de façon claire, en différenciant les voies de circulation dédiées, en créant un équilibre entre les différents modes de déplacement : le béton, par sa couleur et sa texture, permet de différencier les voies réservées aux différents modes de circulation. Au-delà de la réalisation d’ouvrages parfois spectaculaires qui modèlent les paysages et permettent les liaisons essentielles pour rapprocher les territoires, il convient désormais de répondre aux attentes des aménageurs qui souhaitent développer de nouvelles mobilités. Devant la saturation des espaces de mobilité et la vulnérabilité de la ville face aux changements climatiques, de nouveaux modes de construction s’imposent en sous-sols pour fluidifier la mobilité des personnes et protéger le patrimoine. Le sous-sol est une ressource complémentaire de l’espace urbain. En effet, il propose de grandes réserves d’espaces pour répondre aux enjeux urbains de densification, de compacité, d’intensité, de circuits courts et de qualité urbaine. Mieux exploiter le sous-sol permettrait de répondre en partie à l’enjeu de réduction de l’artificialisation. La création de galeries multiréseaux s’avère très pertinente en particulier à l’occasion de projets d’aménagements urbains structurants nécessitant un réaménagement des réseaux enterrés et participe à la valorisation de l’espace souterrain dans l’aménagement global de la ville durable. La Filière Béton propose la création de nouveaux réseaux tels que les réseaux de collecte pneumatique des déchets, les réseaux logistiques permettant d’assurer le « dernier kilomètre »… Pour désengorger les axes de circulations terrestres, de nouveaux champs des possibles apparaissent avec par exemple le téléphérique urbain ou les projets de transports post TGV (train Hyperloop) tandis que le transport fluvial devra être redéployé et ses équipements rénovés. Dans le cadre de la modernisation des axes de liaisons, il est urgent de rénover les infrastructures. La Filière Béton demande notamment, pour rénover les ponts dans les dix ans, la création d’un fonds d’aide aux collectivités doté de 130 millions d’euros par an.
 
La gestion de l’eau
 
L’urbanisation croissante a réduit l’infiltration naturelle et augmenté le ruissellement. Ces phénomènes s’aggravent par temps de pluie, provoquant des inondations plus fréquentes et des pollutions des milieux récepteurs par lessivage. Enfin, la protection des sources et des nappes phréatiques, le traitement des eaux usées sont des enjeux majeurs pour les générations futures. La filière propose la mise en oeuvre de solutions durables dans le temps, qui contribuent à la résilience de nos espaces pour protéger les zones urbanisées des risques d’inondation : les digues, les enrochements en béton performants, les bétons drainants et les chaussées réservoirs pour la voirie. Et pour approvisionner et retraiter l’eau destinée aux citoyens : les adductions d’eau, les usines de traitement, les bassins de stockage, les canalisations et les stations d’épuration. Les premiers fruits de cette réflexion menée par la Filière Béton, dont ces propositions sont issues, ont été transmis récemment aux candidats et à leurs équipes dans le cadre d’un processus collaboratif.
 
Toute l'information de cette rubrique est dans :
Prescription Béton
Le magazine pour les professionnels du béton durable, enquêtes et réalisations, science et techniques innovantes.
Découvrir
Acheter un numéro
S'identifier
S'inscrire
Rejoignez-nous sur : LinkedIn, Youtube, Facebook et Twitter.
À lire également
KP1 révolutionne le marché du vide sanitaire
27 janvier 2022
KP1 révolutionne le marché du vide sanitaire Véritable alternative à la dalle portée sur coffrage perdu ou terre-plein, la nouvelle gamme GP sur vide sanitaire possède des performances en béton !
Lancement de la 3ème édition du Trophée béton Pro
5 octobre 2021
Lancement de la 3ème édition du Trophée béton Pro Jeudi 21 octobre 2021 aura lieu la conférence de lancement de la 3ème édition du Trophée béton Pro (catégorie professionnels), intitulée « L’architecture Béton en Héritage », en présence des architectes, Charles-Henri Tachon, Ingrid Taillandier, Philippe Prost, Isabelle Buzzo et Jean-Philippe Spinelli.
Quand les coffrages prennent de la hauteur !
1er septembre 2022
Quand les coffrages prennent de la hauteur ! La recherche au sein des départements R&D des constructeurs de matériels reste plus que jamais orientée vers la conception de produits visant à limiter la pénibilité, notamment par l’usage de nouveaux matériaux, dans un contexte où le béton bas carbone est l’objet de toutes les attentions. Plus de puissance, plus de capacité, plus de portée, plus de légèreté,… les coffrages ne cessent de prendre de la hauteur !
Tous les articles BÂTIMENT - GROS OEUVRE
Construction Cayola est un site du Groupe Cayola