Découvrez nos magazines
Formules print et numériques (à partir de 8,90 €)
Accès abonnés ✒ Nos offres magazines Voir nos offres
Menu

BÂTIMENT - GROS OEUVRE
VIDÉOS
BÂTIMENT
ENVIRONNEMENT
INFRASTRUCTURES TP
MATÉRIELS
RAIL
RÉSEAUX
TERRASSEMENTS & CARRIÈRES

Les Maçons Parisiens : "L’avenir se jouera sur le partenariat entre les entreprises, les maîtres d’oeuvre et les maîtres d’ouvrage"

Partager :
Les Maçons Parisiens :  L’avenir se jouera sur le partenariat entre les entreprises, les maîtres d’oeuvre et les maîtres d’ouvrage
Par Ch. Raynaud, le 20 mai 2020
✉ Découvrez notre newsletter gratuite Bâtiment - Gros oeuvre
-------------------- PUBLICITÉ --------------------
Les Maçons Parisiens ont été créés en 1930 par Arthur Mortegoutte sous la forme d’une société coopérative et participative (SCOP). Aujourd’hui, cette entreprise à taille humaine compte 250 personnes, un chiffre d’affaire de 85 millions d’euros (2018), et une forme d’organisation efficiente, alliée à une structure financière solide et pérenne. Nous avons interrogé François Mortegoutte, son Président-directeur général, sur l’organisation de la reprise d’activité "post-Covid".
C.c.com : Comment gérez-vous la relance de votre activité et notamment le travail sur les bases-vie ?
François Mortegoutte : L’activité de l’entreprise a repris dès que nous avons eu la certitude que les conditions sanitaires permettaient à nos salariés de revenir travailler sans risques. Ainsi, nous n’avons été livrés des EPI-Covid 19 (essentiellement masques et gel hydroalcoolique) que la dernière semaine d’avril et début mai, et nous avons repris notre activité le lundi 11 mai. C’est également à cette date que nos fournisseurs et sous-traitants ont également repris leurs activités. Dans le bâtiment, la co-activité est permanente et le port du masque est donc obligatoire sur toutes nos opérations. La gestion des bases-vie a été largement adaptée avec la présence en permanence d’un agent d’entretien chargé de désinfecter les lieux tout au long de la journée (vestiaires, sanitaires, réfectoires, bureaux, boutons de portes, main-courantes des escaliers etc.), les lavabos installés à l’extérieur pour le lavage des mains avant d’entrer dans la base-vie et la présence de distributeurs de gel hydroalcoolique. De plus, pour limiter l’affluence dans la base-vie, des heures d’embauche différentes (7h15 et 7h45) ont été fixées ainsi que des heures de déjeuner décalées (11h30, 12h , 12h30) en limitant le nombre de personnes à deux par table au lieu de six habituellement.
C.c.com : Quelles sont les principales difficultés rencontrées par votre entreprise dans l’organisation de cette reprise ?
François Mortegoutte : Nos salariés ont été formidables pour aider à la bonne organisation de la reprise mais malheureusement certains de nos clients (souvent les promoteurs privés) n’ont pas eu cette bonne volonté et peinent à comprendre que les coûts liés aux dispositions sanitaires doivent être au moins partagés. Dans beaucoup de cas, nous devons nous battre pour essayer d’obtenir que le nettoyage et la désinfection soit correctement faits lorsqu’ils ont décidé de s’en occuper, souvent pour en limiter les coûts, et nous redoutons que ceux-ci nous soient intégralement répercutés. Par ailleurs, pour les autres frais (masques, gel, matériels immobilisés) aucune contribution n’est envisagée par eux pour le moment. Fort heureusement, d’autres clients, souvent publics ou bailleurs sociaux se conduisent avec beaucoup plus d’élégance et de souci humain. Il faut dire que la plupart de nos maîtres d’ouvrages sont toujours chez eux en télétravail et ne souhaitent pas se rendre sur les chantiers. Ils ne se rendent donc pas compte de ce qu’il s’y passe...
C.c.com : Quel message souhaiteriez-vous passer au marché ?
François Mortegoutte : Il me semble que cette épreuve devrait conduire la profession, en particulier nos maîtres d’ouvrages et nous-mêmes, à mieux nous comprendre, à mieux travailler ensemble, à agir avec solidarité et à essayer de tisser des relations de plus grande confiance au lieu de rester sur un traitement habituel, très juridique et financier il faut bien le reconnaître. Compte-tenu de la raréfaction progressive de la main d’oeuvre et de l’encadrement de qualité ainsi que des probables difficultés, dorénavant, à travailler avec des entreprises étrangères, l’avenir se jouera de plus en plus sur le partenariat entre les entreprises, les maîtres d’oeuvre et les maîtres d’ouvrage. Chacun a donc un véritable intérêt à nouer des relations solides et durables. Les périodes difficiles sont paradoxalement propices à l’établissement de relations vraiment humaines. En tout cas, c’est le souhait que nous formulons pour notre part!

François Mortegoutte, Président-directeur général, Les Maçons Parisiens
Offre en ligne à partir de 8,90 €
Dans ce contexte particulier, le premier mois d'abonnement est offert.
Je m'abonne
Retrouvez toute l'information de cette rubrique dans le magazine BTP Magazine.
BTP Magazine, découvrez la nouvelle formule de BTP matériels avec + de professionnels et + de terrains
Consulter le magazine
S'identifier
S'inscrire
-------------------- PUBLICITÉ --------------------
  Zapping de la semaine : le BTP, un déconfinement compliqué
Edouard Philippe a présenté en début de semaine son plan de déconfinement qui doit débuter le 11 mai. Le Premier ministre demande aux entreprises de maintenir le télétravail autant que possible. Dans le secteur du BTP, la reprise est difficile.
+ de vidéos BTP ça tourne
UN POINT SUR LA REPRISE AVEC...
Yann Madeline, président de la Fédération Nationale des Syndicats de l’Assainissement
Crise du Covid-19 oblige, Construction Cayola a souhaité en savoir un peu plus sur ce que font les professionnels du secteur pendant cette période de confinement. Journée type ? Quelles nouvelles habitudes ? Quelles méthodes ? Ou comment s’organise la profession en cette période inédite... Yann Madeline, président Fédération Nationale des Syndicats de l’Assainissement (FNSA) s’est pris au jeu et nous évoque son quotidien.
Toutes les interviews
Pour plus d'informations cliquez ici
À lire également
La gare des Ardoines met les voiles !
La gare des Ardoines met les voiles !
La future gare du Grand Paris Express des Ardoines à Vitry-sur-Seine (94) est en cours de travaux à l’ouest des voies ferrées et au sud de la gare du RER C existante. Pour réaliser l’interconnexion entre le RER C et la ligne 15 Sud du Grand Paris Express (lot T2A), une gare souterraine sur 4 niveaux à 28 m de profondeur est nécessaire, impliquant une architecture de grande hauteur qui se transformera en dentelle de béton, à mesure que l’on remonte vers la surface.
Lancement de la 1ere édition des Trophées Grues à tour
Lancement de la 1ere édition des Trophées Grues à tour
DLR et le Syndicat professionnel des monteurs et dépanneurs de grues (SPMDG) lancent la première édition des Trophées Grues à tour, voués à récompenser les meilleurs professionnels du métier.
L’impression 3D pour repousser les limites architecturales
L’impression 3D pour repousser les limites architecturales
Le bailleur social Plurial Novilia (groupe Action Logement) va mettre en œuvre sur Rema’Vert, premier éco-quartier de Reims (51), un projet expérimental mixant impression 3D en béton et éléments préfabriqués.
En Suisse, le secteur de la construction se porte bien
En Suisse, le secteur de la construction se porte bien
L'an dernier, les dépenses dans la construction ont augmenté de 2,1% par rapport à 2017.
Eiffage fait renaître la gare Lisch d’Asnières
Eiffage fait renaître la gare Lisch d’Asnières
Eiffage Métal et Eiffage Construction, à travers l'entité Pradeau Morin Monuments Historiques, se chargeront de la transformation de la gare Lisch d’Asnières en Cité du voyage et de l'entreprenariat.
Démolition du hall d'assemblage des fusées Diamant en Guyane
Démolition du hall d'assemblage des fusées Diamant en Guyane
Ginger Deleo, bureau d'étude en ingénierie de déconstruction et de démantèlement du groupe Ginger, réalise une mission de contrôle externe pour l'abattage à l'explosif du hall d'assemblage des fusées Diamant, au Centre Spatial Guyanais (CNES).
Nouvelle réglementation en vigueur pour le repérage amiante avant travaux
Nouvelle réglementation en vigueur pour le repérage amiante avant travaux
Depuis aujourd’hui, le repérage amiante avant travaux est désormais obligatoire dans tous les bâtiments construits avant 1997. Intervenant dans le diagnostic immobilier et le BIM, AC Environnement accompagne les professionnels face à cette nouvelle réglementation.
Tous les articles BÂTIMENT - GROS OEUVRE
Nos magazines
Accéder au kiosque
Événements
bauma CTT RUSSIA
26 Mai 2020
bauma CTT RUSSIA
Confs'Amiante Hors-série Ferroviaire
4 Juin 2020
Confs'Amiante Hors-série Ferroviaire
Amorce, le e-colloque Eau
11 Juin 2020
Amorce, le e-colloque Eau
+ d'événements
Emploi
- Dessinateur-projeteur / Dessinatrice-projeteuse en génie climatique
- Manoeuvre travaux publics
- Conducteur / Conductrice de travaux de génie climatique
- Conducteur / Conductrice de travaux du bâtiment
+ d’offres
Applications
Construction Cayola est un site du Groupe Cayola.